Browsing Category

Acné

Acné, Aromathérapie, Cosmétique

Huile réparatrice pour la peau

HUILE REPARATRICE POUR LA PEAU


 

shutterstock_228503131Cette recette de composition d’huile réparatrice pour la peau contient de l’huile végétale d’avocat, qui a des propriétés cicatrisantes.

 

L’huile d’avocat redonne élasticité et confort à la peau et prend soin des peaux fragiles. Elle la protège contre les agressions (soleil, vent, froid hivernal…). Elle agit notamment contre le vieillissement cutané. L’huile essentielle de néroli est un tonique cutané, et va améliorer la qualité de la peau. Elle contribue à la régénération cellulaire et cutané et aura un effet rajeunissant sur les peaux matures.

 

Tandis que l’huile essentielle de lavande est apaisante, cicatrisante et régénératrice.

 

Cette composition est adaptée aux peaux à problèmes de type acné, peau abîmée, peau sèche, peau fine, rides, démangeaison, etc. Elle est rapidement absorbée par la peau, et n’est pas comédogène.

 

INGREDIENTS :

100ml d’huile végétale d’Avocat

6 gouttes d’huile essentielle de Néroli

10 gouttes d’huile essentielle de Lavande

2 gélules de vitamine E

 

  • Versez l’huile d’avocat dans un flacon teinté (si elle est déjà dans un flacon laissant un peu de place aux autres ingrédients, vous pouvez laisser ainsi),
  • Ajoutez les huiles essentielles de néroli et de lavande dans le flacon,
  • Percez les gélules de vitamine E et versez leur contenu.
  • Agitez vigoureusement la préparation. C’est prêt !

 

Cette huile peut être utilisée sur le corps ou le visage.

Cette huile se conserve au moins 1 an, à l’abri de la lumière.

Acné

Le sucre et l’acné

LE SUCRE et L’ACNE


 

Vous avez peut-être entendu dire que certains aliments que vous mangez affectent votre peau. Ce n’est pas totalement faux. Et malheureusement, ce n’est pas simple.

 

L’acné est liée à deux facteurs principaux : les hormones et l’inflammation. Les hormones peuvent entraîner une production excessive de sébum et augmenter la croissance des cellules de la peau, donnant plus de cellules mortes. Ces dernières s’agglutinent avec le sébum, entraînant des pores bouchés. Ce n’est pas un environnement rêvé pour notre peau, n’est ce pas ?

 

Lorsque l’on entend le mot « hormone », on associe souvent : oestrogène, androgène, progestérone…

 

Mais il y a deux autres hormones liées à l’acnés : l’insuline et le facteur de croissance 1, couramment appelé IGF-1.

 

L’insuline et l’IGF-1 sont reliés à des niveaux de sucre dans le sang.

 

Lorsque vous mangez des glucides, et en particulier le sucre raffiné, votre taux de sucre dans le sang augmente. Le pancréas réagit en libérant de l’insuline, une hormone qui récupère le sucre dans les cellules et réduit les niveaux de sucre dans le sang.

 

S’il y a un niveau élevé d’insuline, cela va augmenter parallèlement les niveaux d’IGF-1.

 

Des études montrent que l’IGF-1:

 

  • Augmente la production de sébum
  • Augmente la taille des pores, ce qui les rend plus visibles
  • Augmente la gravité de l’acné

 

Cet enchaînement d’événement ne pose pas de problème si vous prenez un soda ou des pommes de terre de temps à autres. Mais cela devient un vrai problème si vous en mangez très régulièrement.

 

Certaines personnes sont également plus sensibles que d’autres et sont moins résistants à ces facteurs, pour de multiples raisons qui sont propres à chacun.

 

shutterstock_274804883Dans ce cas, il est nécessaire de vérifier son alimentation par l’index glycémique, qui va permettre de classer les aliments en fonction de l’élévation de la glycémie qu’ils produisent quand on les consomme.

 

Plus leur index est élevé, plus les aliments entraînent une hausse rapide du taux de sucre. Cela provoque aussitôt une forte sécrétion d’insuline, dont le rôle est de faire baisser le taux de sucre.

 

Ainsi, un aliment à index glycémique élevé provoque rapidement une baisse du taux de sucre à la suite de l’action de l’insuline. Et créera plus de sébum, plus de pores bouchés…

 

Un régime alimentaire riche en sucre peut donner une forte poussée d’acné. Les aliments les plus connus sont :

 

  • Les aliments transformés comme : les croustilles, craquelins, biscuits et gâteaux industriels
  • Les féculents comme le pain blanc, les pâtes et pommes de terre…
  • Les boissons sucrées comme le soda, les sirops, l’alcool…
  • Etc…

 

Ces sucres vont favoriser l’inflammation, qui va créer à son tour de l’acné. Or, l’inflammation est à fuir absolument lorsque l’on subit de l’acné.

 

Cette inflammation va également épuiser les antioxydants et laisser la peau très vulnérable.

 

Cette inflammation augmente les problèmes gastro-intestinaux, les troubles digestifs, les sensibilités alimentaires, la perméabilité intestinale… aggravant une fois encore l’acné. Non seulement, un taux de sucre élevé engendrera un taux de sucre dans le sang, mais également une dysbiose intestinale. On en parle ici.

 

Si vous souffrez déjà de troubles hormonaux tels qu’un excès d’oestrogènes, ou d’androgènes, dans ce cas, l’insuline et l’IGF-1 seront à ajouter à la liste, et perturbant davantage la situation hormonale. On en parle ici.

 

L’alimentation est un point très important à prendre en compte lors d’acné, qu’elle soit de cause hormonale ou digestif. Elle peut avoir un effet direct sur la gravité de l’acné en raison des fluctuations hormonales et inflammatoires qui y sont déclenchées.

Acné

Cosmétique à base de probiotique pour l’acné

COSMETIQUE A BASE DE PROBIOTIQUE

POUR L’ACNE


 

shutterstock_269321240Notre peau contient une grande variété de micro-organismes dont Propionibacterium acnes, la bactérie associée à l’acné.

 

Au lieu de l’éradiquer par des produits nocifs et irritants pour la peau, il est tout à fait possible de rééquilibrer sa flore cutanée par de bonnes bactéries.

 

Comment ? En ajoutant du kéfir de lait aux recettes cosmétiques maisons ou 1 gélule de probiotique à mélanger avec un lait végétal (amande par exemple), ou de l’eau ou une huile. Tout simplement.

 

Le kéfir de lait n’est pas seulement adapté pour l’acné, elle peut aussi faire office de lait démaquillant, de masque de beauté, d’après rasage, de crème pour le visage, la peau ou les cheveux.

 

Le kéfir de lait a régulièrement été utilisé sur la peau dans le passé, depuis des générations. Aujourd’hui des études sont réalisées dans les laboratoires à partir de divers souches probiotiques. Depuis l’engouement des probiotiques en interne, ils se pressent à vendre LE nouveau produit cosmétique révolutionnaire à commercialiser.

 

Mais soyons réaliste, autant des produits externes peuvent aider l’acné, autant ils ne la feront pas disparaitre. Pour la simple raison qu’à 95% l’acné est un facteur annexe : alimentaire, trouble digestif, trouble hormonal, hépatique, stress…

 
 

Nettoyant Visage au Miel & Kéfir

 

1 c. à soupe d’huile de noix de coco
3 c. à soupe de miel
1 c. à soupe de vinaigre de cidre
20 gouttes d’huile essentielle de tea-tree (ou géranium rosat)
1c. à café de kéfir de lait (ou 1 capsule de probiotique)

 

Mélangez tous les ingrédients.
Versez dans un récipient pratique à appliquer au quotidien.

Stockez dans un endroit frais.

 
 

Masque à l’Avocat & Kéfir

 

shutterstock_613213152 c. à café de purée d’avocat (avocat mixé)
1 c. à café de kéfir de lait (ou 1 capsule de probiotique)
1 c. à soupe de miel
1 c. à café d’huile d’olive

 

Mélangez tous les ingrédients jusqu’à obtenir une pâte lisse un peu épaisse (non liquide).
Laissez agir sur le visage (en évitant les yeux) 20 à 30 minutes.
Rincez.

 

Vous pouvez ajouter un hydrolat par la suite!

Vérifiez ici lequel est adapté à votre type de peau.

Acné, Système articulaire, Système digestif, Système musculaire

L’argile

L’ARGILE


 

shutterstock_349501616Depuis l’antiquité, nous avons utilisé l’argile pour ses vertus thérapeutiques. Les égyptiens connaissaient les propriétés antiseptiques en l’utilisant pour la momification. Les grecs utilisaient l’argile pour soigner des blessures ou des brûlures en faisant des cataplasmes.

 

Non seulement utilisé en externe, en interne l’argile est capable de reconnaître les tissus malades, les cellules mortes, les toxines et les germes hostiles. L’argile capte ces substances indésirables, et parfois toxique, pour les neutraliser et les transporter hors de l’organisme.

 

Ainsi l’argile aide le corps en éliminant les substances indésirables, mais il apporte aussi de l’énergie vitale et des minéraux qui stimulent et nourrissent les cellules et les tissus.

 

Ceci est particulièrement avantageux lorsque l’organisme est faible et ne pouvant plus fonctionner correctement. L’argile est une excellente alternative pour les personnes ayant de faibles réserves de vitalité.

 
 

L’ARGILE EN INTERNE

 

L’argile que nous utilisons en interne est en poudre très fine. Elle est efficace pour les fins suivantes :

 

  • Détoxification du système digestif (grâce à l’action d’absorption de l’argile),
  • Pouvoir anti-bactérien et de promouvoir l’équilibre bactérien,
  • Élimination de parasites internes (tube digestif),
  • Maux d’estomac et de l’intoxication alimentaire bactérienne,
  • Diarrhée,
  • Efficace contre un excès de mercure,
  • Soutien du système immunitaire et comble les carences grâce à la fixation et l’assimilation de substances que le corps ne savait plus retenir,
  • Amélioration de la respiration cellulaire,
  • Agent alcalinisant dans le corps,
  • Etc…

 
 

shutterstock_78120826PREPARATION A BOIRE

 

La veille au soir, préparer 1 verre d’eau (250cl) si possible non javellisée du robinet (par exemple Volvic ou Mont Roucous) dans lequel vous versez 1c. à c. d’argile (possibilité d’augmenter à 2c.à café).
Mélangez bien avec une cuillère en plastique ou en bois (jamais de cuillère en métal).
Laissez reposer la nuit (ou quelques heures).
Le lendemain matin au réveil, boire l’eau argileuse qui surnage. Si toujours pas d’efficacité, boire le tout en remuant la préparation au moment de la prise pour tout avaler.

 

Dans d’autres cas, de très faibles doses peuvent suffire, par exemple une cuillère à café par jour. A vous de tester ce qui vous convient le mieux !

N’hésitez pas non plus à changer d’argile selon vos préférences en goût.

 

PRUDENCE SI…

 

L’argile à boire peut avoir comme effet secondaire la constipation. Dans ces cas là, ne pas boire le fond d’argile, boire seulement l’eau qui surnage. Et préférer l’argile blanche Kaolin. Ou d’arrêter complètement la cure.

 

Si vous suivez un traitement oral avec de l’huile de paraffine, il ne faut pas utiliser d’argile en interne au risque de provoquer le durcissement de l’argile à l’intérieur de votre organisme. Les autres huiles ne sont pas concernées.

 

Il ne faut pas boire de l’argile en même temps qu’une prise de médicaments ou compléments alimentaires mais le plus loin possible de ceux-ci et, au strict minimum, à deux heures de distance, même s’il ne s’agit que de granules homéopathiques ou de plantes médicinales.

 
 

L’ARGILE EN EXTERNE

 

L’argile peut être utilisé en externe pour :

 

  • soulager les maux de tête,
  • la douleur inflammatoire,
  • des douleurs articulaires,
  • réduire l’inflammation et zone de rétention d’eau causée par un traumatisme,
  • une infection bactérienne,
  • un œdème généralisé,
  • une maladie de peau : acné, eczéma, éruption cutanée, psoriasis…
  • une blessure, une brulure,
  • un rajeunissement de la peau et d’un nettoyage en profondeur,
  • augmenter le flux sanguin, la circulation, la stimulation lymphatique,
  • une fatigue des yeux,
  • une désintoxication des métaux lourds via un bain,
  • etc…

 
 

CATAPLASME D’ARGILE

 

Dès les premiers symptômes, on peut appliquer des cataplasmes d’argile que l’on renouvellera toutes les 3 heures. Quand la douleur s’estompera limiter à un cataplasme par jour.

 

Voici la recette avec de l’argile en poudre, mais il est possible d’utiliser de l’argile prête à l’emploi.

 

  • 1ère étape :

Mettre l’argile verte en poudre dans un récipient.
Verser de l’eau et mélangez, jusqu’à une consistance d’une pâte boueuse.
Ni trop dur (son pouvoir absorbant diminue) ni trop liquide (le cataplasme va glisser).

 

  • 2ème étape :

Placez l’argile au centre d’un support de votre choix (bande de gaze, papier essuie-tout ou feuille de chou). Mettez une épaisseur d’environ 2 cm pour une action optimale.
Prévoyez toujours une surface de cataplasme supérieure à la zone à traiter, car l’argile va s’étaler et il faut qu’il reste maintenu dans le tissu.

 

Appliquez le cataplasme à l’endroit désiré en mettant l’argile au contact direct de la peau.
Evitez d’appliquer sur deux organes importants en même temps.

 

Bandez ensuite le cataplasme pour le maintenir en place. Dans l’idéal, évitez de bouger pour qu’il reste correctement posé.

 

  • 3ème étape :

Retirez le cataplasme d’argile lorsque l’argile est sèche.
Enlevez si trop froid ou trop chaud ou en cas de gêne non défini.
Jetez l’argile après usage – ne pas ré-utiliser.

 
 

QUELLE ARGILE CHOISIR POUR LA PEAU ?

 

shutterstock_223498000Rose : peaux sensibles et réactives
Jaune : peaux mixtes à grasses
Rouge : peaux sèches à mixtes
Blanche : peaux ternes et matures
Verte : peaux grasses
Rhassoul : tous types de peaux, particulièrement peaux acnéiques & points noirs

 
 

BAIN D’ARGILE

 

Saupoudrer un peu de poudre d’argile dans l’eau du bain permet d’adoucir l’épiderme :

Deux cuillères à soupe de poudre d’argile peuvent être mélangées à un verre d’eau qui sera ajouté au bain.

Acné, Phytothérapie

L’acné et la phytothérapie

L’ACNE ET LA PHYTOTHERAPIE


 

Du point de vue de la naturopathie, l’acné est une manifestation extérieure d’un déséquilibre interne. Que ça soit dû à une perturbation hormonale, digestif, stress, perturbateurs endocriniens, ou encore dû à des expositions à certains polluants, cosmétiques agressifs, allergènes, pesticides…

 

Certains traitements naturels peuvent être utiles pour réduire l’acné et ses inflammations. Aujourd’hui nous allons plutôt parler de phytothérapie, en commençant par la Bardane et la Pensée sauvage.

 

En général, la phytothérapie par voie interne fonctionne avec des cures de 3 semaines à 1 mois, temps nécessaire pour ressentir un minimum de bienfaits. On peut, au besoin, prolonger la cure pendant 2 mois, mais il est important, au terme de ces 2 mois, de faire une pause de 10 jours, car comme à toute autre substance, l’organisme s’habitue aux plantes. Si les troubles ne sont pas éliminés au bout de cette période, on peut commencer une nouvelle cure avec une autre plante si elle convient à la même affection.

 

Les plantes peuvent exister sous plusieurs formes : gélule, teinture-mère, extrait-fluide, fleurs, feuilles ou racines séchées (ou fraîches)… Les posologies sont à adapter pour chacune des plantes et selon chaques personnes au cas par cas. Par sécurité, ici nous allons privilégier les décoctions et infusions. Pour connaître la différence entre décoction, macération, infusion, lire l’article précédent ici.

 

Avant d’utiliser une plante, assurez-vous qu’elle puisse vous convenir. Si vous suivez un traitement ou si vous avez un problème de santé en particulier, demandez toujours l’avis à votre médecin.

 
 

BARDANE

 
gelule-bardaneLa bardane (Arctium Lappa) détoxifie en stimulant les fonctions éliminatrices du foie et des reins. Elle agit comme un bon dépuratif général et favorise l’élimination des éléments résiduels de l’organisme par les glandes sudoripares.

La racine de bardane possède aussi des propriétés hypoglycémiantes, sa richesse en inuline, un sucre dans l’organisme, se décompose en lévulose et non pas en glucose permettant sa consommation sans crainte par les diabétiques, car elle amène à une nette diminution de la glycémie.

 

Décoction :
40g de racines coupées, dans 1 litres d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 2 à 3 tasses par jour, en cure de 3 semaines (renouvelable).

 

Infusion :
Infuser 1 cuillère à café de racine séchée dans 1 tasse d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes.
Boire 3 tasses par jour.

 

PENSEE SAUVAGE

 
pensee_sauvage_1La pensée sauvage (Viola tricolor), est l’une des meilleures plantes dépuratives, à la fois laxative et diurétique. Elle favorise l’élimination rénale et la fonction biliaire. On l’utilise surtout contre toutes les maladies de peau : dartres, eczéma, herpès, acné, psoriasis.

La pensée sauvage contient des coumarines, des tanins, des caroténoïdes, des saponines, des flavonoïdes et des dérivés salicylés, éléments majeurs de son efficacité dans le traitement des problèmes cutanés. Amie de la peau, la pensée sauvage a une action purifiante, et freine la sécrétion sébacée. En synergie avec la bardane, elle a d’excellents résultats.

 

Décoction : 20 à 30g de la plante, dans 1 litre d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 2 à 3 tasses par jour dont une le matin à jeun, en cure de 3 semaines. Faire une pause de 10 jours, puis reprendre si nécessaire.

 

Infusion :
Infuser de 1 cuillère à café de la plante dans 1 tasse d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes. Boire 3 tasses par jour.

 

LES PLANTES AUXILIAIRES

 
Les plantes spécialisées principalement à lutter contre les problèmes de peau et de l’acné ne sont pas très nombreuses. Par contre il existe généralement des plantes auxiliaires favorisant l’élimination des toxines via le foie et la vésicule biliaire, action dite dépurative.

 

Car si le corps a un niveau élevé de toxines que ça soit dû à une mauvaise alimentation, polluant, excès de médicament, etc. alors le foie délaissera sa fonction d’élimination pour dévier les excès sur d’autres voies de désintoxication qui sont les poumons ou la peau. L’objectif étant d’éliminer en évitant ainsi toute accumulation dangereuse. Ce déséquilibre se répercutant sur la peau et sur l’acné.

 

Le foie joue également un rôle majeur dans la régulation hormonale, il permet d’éliminer des hormones naturelles excédentaires indésirables.

 

Certaines plantes obtiennent un rôle fondamental à un foie surchargé, dont quelques unes sont de grands classiques :

 

CHARDON-MARIE

 
Silybum marianum (milk thistle)Très connu les graines de chardon-marie (Silybum marianum), utilisées aujourd’hui de préférence sous forme de gélules ou de teinture, sont surtout un cholagogue et un décongestionnant hépatique remarquable. Elles protègent le foie et stimulent la régénération de ses cellules. La silymarine, est considérée comme la substance active qui fournit les effets thérapeutiques de la plante. La silymarine permettrait également d’empêcher une diminution de glutathion dans le foie. Celle-ci est nécessaire au foie pour l’aider à se débarrasser de substances dangereuses. La concentration en glutathion est réduite si le foie est endommagé. Le foie sera donc plus sensible à d’autres dégâts, ce qui fait du glutathion un élément indispensable pour la bonne santé du foie.

 

Infusion :
Infuser 3,5g de graines dans 1 tasse d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour, de préférence une demi-heure avant les repas.

 

RADIS NOIR

 
Schwarzer RettichLe radis noir (Raphanus sativus) est lui aussi cholérétique et cholagogue se montrant efficace pour soigner les troubles hépatiques.

Il possède des vertus reconnues notamment pour les personnes sujettes à des troubles digestifs ou hépatiques.

Elle stimule l’action de la bile dans son combat contre les déchets grâce à ses propriétés. Pour nettoyer le foie, on utilise généralement le jus du radis noir ou sa poudre de gélule.

 

Traditionnellement, c’est le jus (ou suc) de la racine, fraîchement pressé, qu’on emploie à des fins médicinales.

15 ml (1 c. à café) de jus de radis noir, de 2 à 6 fois par jour. Il est conseillé de ne pas prendre plus de 100 ml par jour.

 

Mais il existe aussi dans le commerce des extraits liquides, le plus souvent vendus en ampoules buvables.
 

ARTICHAUT

 
artichaut_marseille_yepnature.com_2_L’artichaut (Cynara scolymus) quand à lui, est devenu de nos jours une plante spécifique du foie. Il est à la fois cholérétique en stimulant la production de la bile, cholagogue facilitant son évacuation de la vésicule biliaire vers l’intestin, et diurétique augmentant le volume des urines.

Elles présentent également une action protectrice des cellules du foie contre les radicaux libres responsables du vieillissement. L’artichaut est précieux dans tous les troubles d’origine hépatique. Son emploi est devenu l’un des plus classiques.

 

Décoction :

30g de feuilles, dans 1 litre d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 3 tasses par jour.

 

Infusion :

Infuser, pendant 10 minutes, 2g de feuilles séchées dans une tasse d’eau bouillante. 3 tasses par jour.

 

Prévoir jusqu’à 6 semaines avant que les effets se fassent pleinement sentir.
 

ROMARIN

 
ROMARIN_OFFICINAL_2012_ALe romarin (Rosmarinus officinalis) est lui aussi un remède efficace pour les troubles du foie. Le romarin est particulièrement indiqué dans les engorgements du foie, l’insuffisance biliaire. Elle a une action stimulante sur la fonction biliaire et son effet tonifiant sur le foie le font apprécier dans de nombreuses affections accompagnées de crises douloureuses de type spasmes intestinaux, paresse d’estomac, surmenage physique et intellectuel, asthénie.

Elle favorise ainsi les fonctions hépatique, fluidifiant la bile et en augmentant sa quantité.

Une plante extrêmement facile à pousser dans son jardin ou sur un balcon !

 

Décoction :

20 à 30g de la plante, dans 1 litre d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 2 à 3 tasses par jour, en cure de 3 semaines.

 

Infusion :

Infuser, pendant 10 minutes, de 1 à 2 g de romarin séché dans une tasse d’eau bouillante. 2 à 3 tasses par jour.

 

FUMETERRE

 
fumeterre-officinale-visoflora-25514La fumeterre (Fumaria officinalis) présente des propriétés thérapeutiques très intéressante. La plante entière possède des propriétés dépuratives. Elle fait merveille dans les affections cutanées.

La plante est recommandée pour normaliser la sécrétion biliaire, en cas de constipation, et de spasmes biliaires douloureux. On l’emploie aussi pour atténuer les souffrances des migraines d’origine hépatique.

Des recherches sont en cours pour vérifier l’effet curatif sur le psoriasis sévère d’un extrait de fumeterre.

 

Décoction :

30 à 40g de la plante, dans 1 litre d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 2 à 3 tasses par jour de préférence 1/2 heure avant les repas.
 

Infusion :
Infuser de 2 à 3g de la plante dans 1 tasse d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes. Boire 3 tasses par jour de préférence 1/2 heure avant les repas.

 

Et bien d’autres encore…

Acné, Cosmétique

Une peau saine au naturel

UNE PEAU SAINE AU NATUREL


 

Depuis plusieurs décennies, les marques industrielles ont envahi le marché cosmétique de produits de soin, onéreux pour la plupart, et non dépourvus d’ingrédients nocifs à long terme.

 

Pourquoi ne pas retourner légèrement en arrière et puiser dans le monde végétal pour fabriquer des cosmétiques à la fois sains, efficaces et peu coûteux ?

 

Les plantes entrent dans toute une panoplie de préparations : on peut en faire des infusions pour enrichir le sauna facial ou la phase aqueuse d’une crème, se les procurer sous forme d’eau florale ou d’huile essentielle ou les employer en macérât huileux, que l’on applique tel quel sur la peau ou que l’on intègre à ses gommages, masques, crèmes, savons et autres démaquillants.

 
 

HYDRATER SA PEAU DE L’INTERIEUR

 

Une peau saine à l’extérieur commence par l’intérieur. La peau ne peut se contenter d’une hydratation externe via l’application de produits de soin. Elle a aussi besoin d’être nourrie de l’intérieur : il faut boire en quantité suffisante, à raison de 1,5 litres sous forme d’eau plate, hors thé ou tisane pour que le corps puisse éliminer ses toxines, débarrassant ainsi la peau de ses impuretés et lui permettant de lutter contre les agressions comme la pollution.

 

Les aliments incontournables d’une belle peau qui contribuent à sa résistance et à sa tonicité, sont entre autres les poissons gras et les huiles végétales enrichies en oméga 3, garantissant sa souplesse. Les fruits et légumes, qui, riches en antioxydants, la protègent, lui confèrent de l’élasticité et lui donnent de l’éclat. La carotte, l’épinard et la tomate, bien pourvus en bêtacarotène, sont à privilégier pour avoir bonne mine !

 

Prudence aux troubles digestifs signe d’intolérance, ou d’intestin irritable, ou encore d’une flore déséquilibrée entraînant une augmentation de la perméabilité à travers la barrière intestinale, qui à son tour conduit à une inflammation, un stress oxydatif, une résistance à l’insuline… pouvant entraîner une répercussion sur la peau. On en parle ici plus en détails.

 
 

PLANTES POUR LES PEAUX SECHES ET SENSIBLES

 

Bleut

  • LE BLEUET : ses fleurs ont des propriétés calmantes, rafraîchissantes et décongestionnantes, idéales pour apaiser les paupières gonflées et traiter les peaux sensibles, fatiguées et irritées.
  • LA CAMOMILLE : élixir des peaux sensibles, sèches et délicates, elle calme, cicatrise et apaise.
  • LE LYS BLANC : ses fleurs émollientes et cicatrisantes traitent les peaux déshydratées et sujettes aux tâches de rousseur et préviendrait l’apparition des tâches brunes.
  • LA MAUVE : adoucissante et anti-inflammatoire, elle apaise les rougeurs et les dermatoses, et convient au soin des peaux sensibles, sèches, dévitalisées, couperosées et irritées.
  • L’ORANGER : ses fleurs hydratent, rafraîchissent, apaisent et régénèrent les peaux sèches et délicates.
  • LE SOUCI : connu sous le nom de calendula, il a des vertus calmantes, adoucissantes et raffermissantes. Il est indiqué pour les peaux sensibles, irritées et réactives.
  • LE TILLEUL : il hydrate, assouplit, adoucit et régénère les peaux sèches et matures, et soulage les rougeurs et les irritations des peaux réactives.

 

PLANTES POUR LES PEAUX MIXTES ET GRASSES

 

gelule-bardane

  • LA BARDANE : bactéricide et cicatrisante, elle agit sur les peaux grasses, mixtes et acnéiques.
  • LA MENTHE : cicatrisante, stimulante, raffermissante, rafraîchissante et antiseptique, elle fait merveille sur les peaux grasses et acnéiques.
  • L’ORTIE BLANCHE : ses feuilles cicatrisent, régulent et tonifient les peaux grasses.
  • LE PERSIL : cocktail de vitamines, il tonifie, purifie, nourrit et revitalise l’épiderme tout en éclaircissant le teint.
  • LA SAUGE : fortifiantes, dépuratives et antiseptiques, ses feuilles et sommités fleuries régulent la production de sébum.
  • LE THYM : bactéricide, antiseptique et tonifiant, il est l’allié incontournable des peaux grasses.

 

PLANTES POUR (PRESQUE) TOUTES LES PEAUX

 

Witch Hazel Isolated

  • L’HAMAMELIS : adoucissant, astringent et stimulant, il convient au soin des peaux sèches, irrités, grasses et mixtes. C’est en outre un bon tonique veineux qui soigne les peaux couperosées.
  • LA LAVANDE : décontractante, adoucissante et purifiante, elle apaise les peaux fatiguées, sensibles et irritées, assainit les peaux grasses, amnésiques et eczémateuses.
  • LE ROMARIN : astringent, purifiant, régénérant et fortifiant, il régule l’excès de sébum des peaux mixtes et grasses, désobstrue les pores, réhydrate les peaux desséchées et matures, et réveille les teints ternes.
  • LA ROSE : ses pétales astringents, tonifiants, calmants et antiseptiques traitent tous les épidermes.
  • LA VERVEINE : tonique, rafraîchissante, raffermissante, adoucissante et cicatrisante, elle est adaptée au traitement des peaux mixtes, à problèmes, sensibles, délicates et relâchées.
Acné, Dépression, Hormone

Le cortisol

LE CORTISOL

COMMENT Y REMEDIER ?


 

Le cortisol est une hormone fabriquée par la zone superficielle des glandes surrénales, chacune d’elles, est située au pôle supérieur d’un rein.
 
En situation de stress, le corps réagit en augmentant la production de cortisol par les glandes surrénales.
 

Le rythme de cortisol est élevé le matin dès les premières heures puis diminue de façon constante toute la journée atteignant un taux très bas pendant la nuit. Lorsque le corps subit un stress chronique au fil du temps ces niveaux augmentent et restent bien au-dessus du niveau optimal.

Sur le long terme, on développe une résistance surrénale.

 

Ce qui n’est pas sans conséquence et pouvant provoquer une multitude de troubles annexes, y compris au système digestif, cardio-vasculaire, stress, dépression, anxiété, irritabilité, fatigue, insomnie, faiblesse immunitaire, fertilité, hormonaux, nerveux, musculaire…

 

La sécrétion de cortisol varie selon les individus. Une personne peut sécréter des niveaux plus élevés de cortisol que d’autres dans la même situation.

 
 

QUE FAIRE ?

 

Le stress lui-même est inévitable, mais vous pouvez prendre des mesures pour gérer votre niveau de cortisol et de limiter ses perturbations.

 

Par exemple, construire un régime alimentaire riche en nutriments est essentiel pour la guérison des glandes surrénales. Mais pas seulement. Une remise en forme est tout aussi primordiale. Il est possible de remettre l’organisme sur les rails, en évitant toutes les sources de stress, de sorte que cela ne perturbe plus notre vie quotidienne.

 

ALIMENTATION

 

Les aliments ne contiennent pas de cortisol, mais ce que vous mangez peut affecter les niveaux de cortisol dans votre corps.

 

Le cortisol est une hormone stéroïde hyperglycémiante, qui agit en cas de jeûne prolongé ou en cas d’un stress émotionnel fort. Le cortisol active dans le foie les enzymes de la néoglucogenèse, permettant de produire du glucose qui sera libéré dans le sang, afin d’augmenter la glycémie.

 

Or si l’on mange déjà des aliments à index glycémique élevé augmentant la glycémie ou que vous sautez des repas, nous nous retrouvons dans une perturbation extrême.

 

L’index glycémique d’un aliment affecte les niveaux de cortisol de l’organisme pendant environ cinq heures après que vous ayez mangé.

 

Plus l’index d’un aliment est élevé, plus cela entraîne une hausse rapide de la glycémie en provoquant également une forte sécrétion d’insuline (une autre hormone), dont le rôle est de faire baisser le taux de sucre.

 

  • GLUCIDES

Les aliments ayant un indice glycémique élevé comprennent des produits riches en sucre et les féculents raffinés tels que céréales et farines blanches (pain blanc, viennoiseries, plats cuisinés, céréale du petit déjeuner), riz blanc, sucre blanc, pommes de terre…

 

Il est également bon de vérifier les fruits selon l’index glycémique et leurs maturations. Par exemple une banane verte a un indice glycémique bas alors que la banane mûre a un indice élevé.

 

  • PROTEINES

Des sources de protéines de bonne qualité peuvent aider à diminuer la production de cortisol. Les protéines végétales et animales contiennent des acides aminés qui sont essentiels et cela permet d’abaisser l’indice glycémique sur l’ensemble du repas. En prenant 15 à 30 grammes de protéines tous les trois à quatre heures, nous pouvons considérablement atténuer la production de cortisol.

 

  • OMEGA 3

Non seulement les bonnes graisses ont des effets anti-inflammatoires et cardio-vasculaires sur le corps mais ils peuvent aussi diminuer le cortisol. Oublier les graisses hydrogénées, partiellement hydrogénées, graisses trans, graisses insaturées tels que l’huile de palme, de tournesol, de mais, de soja… Et augmenter les graisses monoinsaturées présentes dans l’huile d’olive, les olives, les avocats, fruits secs, pâtes à tartiner de tahin, sésame complet, amande

 

Combinez une portion de bonne graisse riche en oméga 3 avec des glucides à faible indice glycémique et de protéines maigres à chacun des repas pour éviter une surproduction de cortisol.

 

  • FRUITS et LEGUMES

Les fruits et légumes contiennent beaucoup de vitamines, de phytonutriments et de fibres qui peuvent inhiber la production de cortisol. Par exemple, la vitamine C à partir de fruits et d’agrumes a été montré très efficace pour diminuer la production de cortisol. Mangez autant de portions de fruits et légumes biologiques que vous le pouvez.

 
 

MAIS PAS SEULEMENT !

 

ACTIVITE PHYSIQUE

 
Pratiquez une activité physique est plus que reconnu pour ses bienfaits. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faut s’engager dans un sport de cardio, de sprint, ou de yoga si vous n’aimez pas. Choisissez votre sport adapté à vous uniquement. Pour certains se sera plutôt le tai-chi, le yoga, la gym, pour d’autres ça sera le tennis, badminton, natation…

 

Astuce : alternez un sport qui vous défoule et un autre qui vous apaise, ou bien, finissez votre séance de jogging par du yoga. Là aussi tout dépend de chacun, selon son comportement et ses symptômes.

 

ACTIVITES CREATIVES

 

Créez !!

L’expression créatrice libère des endorphines et d’autres neurotransmetteurs de bien-être, cela réduit la dépression et l’anxiété, soulage la douleur physique, et active le système nerveux parasympathique, réduisant ainsi votre rythme cardiaque, et pression artérielle, mais aussi de ralentir votre respiration, et d’abaisser le cortisol.

 

MUSIQUE

 

Ecouter la musique que vous aimez. Nous connaissons tous le pouvoir de la musique pour améliorer l’humeur et réduire le stress. Cela peut vous aider à réduire un niveau de cortisol élevé. Chantez, sifflez, dansez, c’est encore mieux !

 

MEDITATION ET RESPIRATION

 

En se concentrant sur le présent plutôt que de laisser à la dérive l’esprit, surtout s’il est négatif et stressé. La respiration permet de mieux réguler son rythme cardiaque et de ralentir son cortisol.

 

LE SOMMEIL

 

shutterstock_175868879Il est prouvé qu’il vaut mieux éviter les décalages horaires allant à l’encontre du soleil, c’est à dire se coucher tard, se lever tard alors que le soleil fait l’inverse. Nous sommes fait pour vivre le jour et non la nuit.

 

Le taux de sérotonine et de cortisol est élevé le matin et diminue le soir. Comme expliqué plus haut, si le taux atteint un niveau plus élevé que la normale, nous développons une résistance avec des troubles annexes, tels que le sommeil. Ce dernier entraînant lui aussi des effets secondaires néfastes s’il n’est pas de bonne qualité. Une boucle sans fin et infernale se crée.

Acné

Acne et troubles digestifs

 ACNE ET TROUBLES DIGESTIFS

 

Les personnes souffrant d’acné sont souvent perdues avec leur peau. Malgré tout le travail et l’effort donné rien ne semble fonctionner. Il est souvent difficile de cerner le problème : Hormonal ? Hygiène ? Stress ? Sédentarité ?

 

shutterstock_170140268Et si c’était digestif ?

 

Très souvent, le problème se trouve dans l’intestin. Les personnes acnéiques montrent une prévalence plus élevée à des problèmes gastro-intestinaux.

 

Et beaucoup de gens ne sont même pas conscients qu’ils ont des problèmes intestinaux. Parce que les symptômes peuvent être très subtile avant que cela ne devienne sérieux.

 

J’ai moi-même fait l’expérience. Durant 10 ans, j’ai souffert de l’acné. J’ai vu de nombreux dermatologues en vain. On m’a proposé des traitements lourds habituels très connus. Il me semble les avoir tous testés. Mon acné ne répondait à aucun de ses traitements. J’ai vécu des améliorations puis des chutes, et encore des chutes…

Jusqu’au jour où j’ai connu la naturopathie. Je me suis rendu compte que ses traitements n’avaient fait qu’empirer la faiblesse que j’avais sur mon intestin.

 

Le jour où j’ai commencé à soigner mon intestin, mon acné est parti spontanément, du jour au lendemain. Quand je re-pense à toutes ses années, mon acné était un signe d’alarme que mon organisme m’envoyait dès l’âge de mes 15 ans.

 

Au fil des années et de traitements, mon intestin est devenu poreux, la barrière intestinale altérée, et donc la muqueuse ne pouvait plus remplir sa fonction de tri sélectif.

Le foie et le système immunitaire faisait alors tout leur possible pour éliminer ces toxines mais c’était loin d’être suffisant.

 

 Existe-t-il des études établissant une connexion entre l’intestin et la peau?

 

En 2011, Whitney P. Bowe et Alan C. Logan ont publié un document où ils ont évalué la connexion entre l’acné et l’intestin. Voici certaines de ses informations importantes :

 

    • Les symptômes gastro-intestinaux tels que la constipation, mauvaise haleine, et le reflux gastrique sont plus fréquentes chez les personnes atteintes d’acné.

 

    • L’hypochlorhydrie est commun chez les personnes atteintes d’acné. C’est un facteur de risque important pour les petites proliférations bactériennes intestinales qui sont à nouveau liées à une augmentation de la perméabilité.

 

    • Des études ont montré une augmentation de la perméabilité intestinale chez les patients atteints d’acné.

 

    • Une enquête en Russie a indiqué que 54% des patients atteints d’acné ont marqué une modification de la microflore intestinale.

 

    • Les probiotiques ont montré un résultat potentiel dans le traitement de l’acné.

 

    • Les probiotiques peuvent aider à la régularisation des niveaux d’insuline.

 

    • Les mauvais choix alimentaires – haute teneur en graisses, sucres, indice glycémique élevé, pauvre en fibres – entraînent une augmentation de la perméabilité à travers la barrière intestinale, qui à son tour conduit à une inflammation, un stress oxydatif, une résistance à l’insuline. L’ensemble augmente la réactivité de ces endotoxines.

 

Il est donc recommandé d’examiner dès à présent le fonctionnement de votre système digestif, surtout si vous souffrez de symptômes tels que ballonnements, constipation, diarrhée, nausées, flatulences, reflux, indigestion, gargouillement…

Même si le symptôme est subtil et occasionnel, ne faites pas l’impasse. Il est important de le souligner.

Astuces : Faites-vous un calendrier de vos symptômes et voyez si le soucis revient régulièrement selon vos pics d’acné. Cela peut être une première piste.

 

 Foie surchargé

 

shutterstock_192546029On y échappera pas, nous ne pouvons pas parler de l’acné digestif sans parler du foie.

 

Toutes les toxines qui entrent dans votre corps depuis une source externe ou ceux qui sont générées par les activités cellulaires quotidiennes naturelles sont répercutées à votre foie pour être désactivées, traitées et éliminées.

 

Votre foie a plus de 400 fonctions et son rôle dans la désintoxication est une de ses fonctions les plus importantes. Si votre corps a un niveau élevé de toxines alors votre foie délaissera sa fonction d’élimination pour dévier les excès sur d’autres voies de désintoxication qui sont

                                            les poumons ou la peau!

 

Si vous souffrez d’acné, il y a une forte possibilité que votre foie est devenu surchargé, votre corps est devenu très toxique et votre peau vous montre les signes de ce déséquilibre. Vous pouvez commencer à prendre soin de votre foie très rapidement.

Acné

EST-CE QUE VOTRE ACNE EST HORMONALE ?

EST-CE QUE VOTRE ACNE EST HORMONALE ?

COMMENT LE SAVOIR ?


 

shutterstock_77777350

De tous les symptômes qui causent des ravages dans la vie des femmes quand elles sont aux prises avec des difficultés hormonaux, il semble que l’acné soit au sommet de la liste.

 

Il n’y a pas d’âge pour avoir de l’acné et je veux que vous sachiez que vous n’êtes pas seule. Vos préoccupations sont réelles et valides. 

 

Souhaiter une peau claire n’est pas une question de vanité, ni de faits de la société moderne parce que tous les magazines et presse people nous montrent des tops models photoshopés. Non, c’est beaucoup plus compliqué, l’acné existe depuis des générations et de nombreuses jeunes filles sont tombées en dépression et se sentent rejetées.

 

Vous méritez la même compassion que toute personne ayant un problème de santé chronique. Il s’agit d’un symptôme comme un autre, et ces changements hormonaux peuvent engendrer des imperfections sur la peau.

 

Pourquoi moi et pas les autres ?

 

Certaines d’entre nous ont des boutons, et d’autres pas. Injustice ? Qu’ai-je fait pour mériter ça ? Non, ce n’est pas de votre faute ni celles des autres mais tout simplement d’une composante génétique.

 

Vous avez tendance à répondre à un problème interne par de l’acné soit par un trouble hormonal, ou bien des problèmes intestinaux, ou encore un excès de toxines… et d’un certain côté c’est tant mieux, car l’acné est un grand signe d’avertissement qui est de vous montrer que votre corps subit un dérèglement et a besoin de soutien et d’attention.

 

Quelles hormones me concernent ? 

 

shutterstock_199519043

Quelques notions avant tout. Le cycle menstruel moyen est de 28 jours, et chacun de ces jours subit un épisode hormonal différent. Nous pouvons diviser ce cycle en 2 :

 

Dans la première moitié du cycle menstruel, l’hormone oestrogène est prédominante et la plus courante des conditions hormonales liées à l’acné. C’est un déséquilibre très commun, à l’origine de la plupart des poussées d’acné avant les règles, par exemple.

 

Cela dit il est rare de souffrir seulement d’une dominance en œstrogènes mais plutôt d’un déséquilibre accolé à d’autres soucis hormonaux tels qu’avec la seconde moitié du cycle qui concernera : la progestérone. Elle aura tendance à stimuler la production de sébum. Fabriqué en excès, il y a une hyper-séborrhée et cela ne produit rien de bon à votre peau. Elle va nourrir les bactéries qui vont eux-mêmes augmenter les poussées et les inflammations. Et comme les niveaux d’augmentation de la progestérone gonfle la peau, les pores seront fermés et comprimés.

 

En parrallèle, une 3ème hormone : la testostérone (l’hormone mâle fabriquée en petites quantités par des femmes) reste à un niveau constant mais peut s’avérer être, avant et pendant la menstruation, relativement plus élevée que les 2 autres hormones précédentes. En outre, les niveaux de testostérone plus élevés autour de la menstruation active davantage les glandes sébacées de faire encore plus de sébum. Il y a alors plus d’hormones masculines que féminines.

 

La dernière mais pas la moindre : le cortisol, grand déclencheur d’acné. Hormone indirecte de l’acné, fabriquées par les glandes surrénales, est un messager chimique ayant pour but de stimuler la sécrétion d’androgènes et donc de testostérone : les hormones de la force, de l’énergie. En plus de perturber les hormones, et de stimuler les glances sébacées en rendant la peau beaucoup plus grasse, le cortisol augmente la glycémie et la possibilité d’une résistance à l’insuline. A chaque fois que nous sécrétons du cortisol, c’est un désastre cutané potentiel direct.

 

Acné hormonal ou non ?

 

Il y a quelques indices pour vous aider à déterminer si oui ou non votre acné est liée aux fluctuations de vos hormones :

shutterstock_198588641

    •  Le calendrier de vos imperfections selon le calendrier menstruel

Pour de nombreuses femmes, la semaine avant le cycle menstruel est le moment où les symptômes sont nombreux alors que pour d’autres se sera pendant les règles, ou même pendant l’ovulation.

 

  • L’emplacement de votre acné

L’acné située sous les pommettes, le long de la mâchoire, autour de la bouche est souvent plus susceptibles d’être liés à des problèmes hormonaux que l’acné sur le front ou le nez.

 

    • La forme, la taille, la sensation et l’apparence de votre acné

L’acné hormonal tend à être profonde, kystique, et sensible au toucher. Vous pouvez sentir une sensation de douleur ou de pression même si vous n’y touchez pas. Ce type d’acné est susceptible de laisser une cicatrice, et peut ne pas répondre aux crèmes & soins anti-acnés.

 

    • Les traitements de votre acné répond à (ou ne répond pas à)

Si votre acné va mieux ou pire avec les méthodes de contraception, les hormones sont certainement derrière le problème. De même, si les traitements classiques ne semblent pas travailler, il y a une bonne chance pour que ça soit les changements hormonaux qui affectent votre peau.

 

Plus vous répondez à « oui » à ces 4 indices, plus il est probable que votre acné ait une composante hormonale.