Browsing Category

Alimentation

Alimentation, Fatigue, Système immunitaire

Le Fer

LE FER

La carence et ses besoins


 

Le fer est essentiel à la vie et à la synthèse de l’hémoglobine (globules rouges), de la myoglobine (pigment rouge du muscle) et dans de nombreuses réactions enzymatiques, de même que pour la défense immunitaire et la résistance au stress et à la fatigue.

 

Le fer contribue ainsi à la croissance, et à une bonne résistance à la maladie (moins de rhume, moins d’infections, etc)

Non des moindres, il favorise également un beau teint de peau. On reconnait tous la pâleur des personnes en anémie.

 

L’assimilation du fer est difficile. Seulement 8% environ de l’apport en fer est absorbé par l’organisme, puis acheminé dans le sang. Le fer lié aux protéines (la ferritine) s’emmagasine dans l’organisme, de même que le fer tissulaire (présent dans la myoglobine) en très faible quantité.

 

Le cuivre, le cobalt, le manganèse et la vitamine C sont tous indispensables à la bonne assimilation du fer. D’où pourquoi vous trouvez également ces minéraux dans certains compléments alimentaires pour le Fer. Parfois même de la vitamine B9 et B12.

 

Une carence est plus fréquente chez la femme que chez l’homme, on peut très bien avoir un ou plusieurs symptômes :

  • Fatigue
  • Performance physique diminuée
  • Epuisement
  • Troubles de la concentration
  • Troubles du sommeil
  • Maux de tête et vertige
  • Palpitation
  • Chute de cheveux
  • Peau et muqueuses pâles
  • Ongles cassants
  • Gerçures aux lèvres
  • Syndrome des jambes sans repos
  • Tolérance au froid diminuée
  • Infections à répétition

 

Cette carence peut avoir plusieurs origines, par un manque de prise d’aliments riche en fer, mauvaise transformation du fer ferrique alimentaire, par une mauvaise assimilation intestinale (flore perturbée notamment), perte de fer (hémorragies, perte de sang trop abondante et surtout trop fréquente lors des règles).

 

L’effet d’une supplémentation ne se fait pas immédiatement sentir. La thérapie par comprimés, gouttes ou sirop demande beaucoup de patience. Si les réserves de fer sont complètement épuisées, la durée du traitement peut aller de 3 mois à beaucoup plus.

 

On dit que la forme la plus assimilable du fer est le biglycinate et le fer chélaté aux protéines qui agit doucement sur les organismes sensibles, et n’entraine pas de constipation. En vérité, c’est plus compliqué, il faut toujours vérifier par une analyse s’il y a une bonne assimilation, si le taux augmente.

 

En cas de désagréments digestifs lors de prise de fer, il est possible d’agir en prenant par exemple de la spiruline, ou de l’angélique ou de l’ortie. Ses 3 derniers auront l’atout d’être riche en fer (spiruline) et reminéralisant (ortie) et favorisant la bonne assimilation du fer (angélique). La spiruline et l’ortie favoriseront un bon transit intestinal, évitant une constipation. L’angélique sera en plus, antispasmodique en cas de ballonnement et stimulante de la circulation sanguine. Le dosage et la forme sera à réguler selon les troubles digestifs et résultats.

 

Des excès de zinc et de vitamine E peuvent perturber l’absorption du fer. Si le supplément en Fer choisi est un sulfate, il est nécessaire d’attendre 8 heures pour prendre ensuite la vitamine E, sinon le sulfate la détruit.

 

Ne jamais prendre de fer si on n’en a pas besoin. Trop de fer dans le sang peut provoquer la formation de radicaux libres, et augmenter les risques de maladie du coeur, surtout chez l’homme.

 
 

Où trouver du Fer ?

 

Le fer d’origine animale est 2,5 fois plus assimilable que celui contenu dans les végétaux (germe de blé, lentilles, pistaches).

 

Les meilleures sources naturelles sont : le porc, le boeuf, la viande rouge, les palourdes, les pêches séchées, la semoule de blé tendre, les jaunes d’oeufs, les huitres, les légumineuses, les asperges, la mélasse et l’avoine.

 

La vitamine C augmente l’absorption de fer alors que des excès de thé ou de café la diminuent. Ainsi, terminer votre repas riche en fer par un fruit riche en vitamine C et oubliez le café en fin de repas.

 

Une alimentation trop riche en céréales peut également bloquer l’absorption du fer et du zinc dans l’intestin dû à l’acide physique présent. On en parle ici.

 

Alimentation, Système nerveux, Vitamines

Vitamine B9

VITAMINE B9

Acide Folique


 

La vitamine B9, appelée également acide folique, est une vitamine hydrosoluble. Elle est synthétisée, en quantités insuffisantes, par les bactéries de la flore intestinale, il faut ainsi en consommer chaque jour par le biais d’une bonne alimentation.

 

Elle est nécessaire à la fabrication d’érythrocytes (globules rouges), ainsi qu’au bon métabolisme des protéines, à l’état des cellules, à la production des acides nucléiques (ADN et ARN). Elle participe à l’utilisation du glucose et des acides aminés.

 

Il s’agit d’une vitamine indispensable aux systèmes nerveux central, elle intervient dans la synthèse de neurotransmetteurs tels que la sérotonine. Elle pourrait agir sur la dépression et l’humeur. 

 

La vitamine B9 améliore l’appétit en cas de fatigue ou d’épuisement, aide à éviter l’anémie, surtout chez les femmes enceintes.

 

Elle s’oppose à la malformation du tube neuronal du foetus. Dans l’idéal, prévoir une supplémentation systématique avant la conception et les premières semaines de la grossesse.

 

La pilule contraceptive peut diminuer le taux d’acide folique. Ainsi, idéalement une femme qui décide d’avoir un enfant devrait arrêter la pilule 6 mois avant la conception pour que le foetus puisse bénéficier d’une quantité suffisante d’acide folique.

Elle améliore notamment la lactation chez les femmes allaitantes.

 

La supplémentation est conseillée également en cas de traitement prolongé de type antibiotique, aux fumeurs, aux personnes dont le système immunitaire est faible (en association avec d’autres vit B), aux personnes stressées, anxieuses, déprimées. Une prise de sang peut aider à détecter cette carence.

 

Elle améliore aussi l’apparence de la peau, et peut prévenir les aphtes buccaux.

 

Des propriétés moins connues, la vitamine B9 protège contre les parasites intestinaux et l’intoxication alimentaire. Et peut agir comme analgésique.

 

 

OU TROUVER DE LA VITAMINE B9 ?

 

La vitamine B9 est très présente dans l’alimentation mais ne résiste pas à la chaleur et elle est facilement oxydée à la lumière. La cuisson, la mise en conserve et la congélation des légumes diminuent la teneur en vitamine B9.

 

On peut trouver de la vitamine B9 dans le foie mais aussi dans de nombreux légumes, fruits et légumineuses. En voici quelques-uns par ordre décroissant d’importance :

Levure alimentaire, foie de volaille, foie gras, les jaunes d’oeufs, lentilles, cresson, cerfeuil, épinards, pissenlits, pâté de campagne ou foie de porc, rognons, pain complet, fruits, carottes, concombres.

Alimentation, Recette, Sans céréales

Crème à la mangue

 

CREME A LA MANGUE

avec ou sans lactose

 


INGREDIENTS :
2 tranches de mangue
2 c. à café de miel
1c. à café de farine de coco
 
Version avec lactose : 1 petit suisse bio
Version sans lactose : 60g de crème d’amande ou de yaourt à la noix de coco (voir la recette ici)
 
 
 

Mixez l’ensemble avec l’aide d’un robot, jusqu’à obtenir une préparation lisse et homogène.
A verser dans des ramequins, idéalement servir frais.

 

La farine de coco épaissira la préparation. Riche en protéines et en fibres, elle offrira une saveur de coco très douce.

 

Pour la décoration, et si vous souhaitez un effet croquant, déposez des morceaux de mangue découpés en dès sur le dessus.

 

Ce que j’aime dans cette recette c’est que l’on ne peut pas se tromper dans les proportions. Trop de mangues ? Trop de petit suisse ou de crème d’amande ? Pas assez ? Sans miel ? Pas d’importance, la recette sera toujours aussi bonne. Les proportions seront à adapter selon VOS goûts et vos attentes !

Alimentation, Recette, Sans céréales

Glace aux fruits sans sorbetière

GLACE AUX FRUITS SANS SORBETIERE


 

Si vous avez un mixeur il est très facile de réaliser une glace maison sans sorbetière.

 

Il suffit seulement de mixer vos fruits congelés jusqu’à obtenir la consistance d’une purée. Pour avoir l’aspect d’une crème, ajoutez un peu de liquide. J’aime ajouter 1/2 yaourt (brebis, chèvre, soja…) ou pour un peu plus de gourmandise de la crème fraiche (ou crème de riz, soja, etc).

 

En option, comme toujours ici dans les recettes, l’ajout de sucre dont le miel ou sirop d’agave par exemple. Personnellement, je n’en rajoute pas, le sucre des fruits me suffisent.

 

Le dosage varie selon vos préférences et vos goûts. Pour un bol de fruit mixé, j’ajoute un demi pot de yaourt.

 

Selon la saveur des fruits choisis, vous pouvez rajouter des épices : vanille, cannelle, menthe, etc.

 

Les fruits peuvent être achetés congelés ou bien, congelez les vous-même ! Par exemple, vous découpez des morceaux de votre fruit choisi (melon, framboise, fruit de la passion, mangue, abricot, ananas…). A conserver dans des sacs congélateurs adaptés. Puis à ressortir lorsque vous en avez besoin.

 

C’est simple, c’est sain, et c’est bon !

Alimentation, Antioxydants

Liste des aliments riches en antioxydants

LISTE DES ALIMENTS RICHES EN ANTIOXYDANTS

classés par catégories


FRUITS LEGUMES AUTRES
BETA-CAROTENE & caroténoïdes Abricot, Goji, Mandarine, Mangue, Melon, Nectarine, Pamplemousse rose, Pêche,

(plus la couleur d’un fruit ou d’un légume est intense, plus il contient de bêta-carotène)

Asperge, Betterave, Brocoli, Carotte, Chou, Citrouille, Epinard, Poivron rouge, Tomate  

 

 VITAMINE C Agrumes (orange, citron, pamplemousse), Baies (cassis, mûres, framboises…), Fraise, Goyave, Mangue, Nectarine, Papaye, Kiwi Brocoli, Choux de Bruxelles, Chou-fleur, Chou Kale, Cresson, Epinard cru, Mâche, Persil, Patate douce, Pois gourmand, Poivron (rouge, vert, jaune), Radis noir, Tomate
 VITAMINE E  Avocat, Cassis, Mangue, Papaye Bettes, Brocoli, Carotte, Citrouille, Epinard, Navet, Poivron rouge Huiles végétales, Oléagineux (amande, noisette), Germes de céréales, Fruits secs
SELENIUM  Ail, Oignon, Noix du Brésil, Graines de tournesol, Germe de blé, Levure de bière, Poisson (thon, morue), Huitre, Fruits de mer,  Agneau, Abat, Oeuf bio
MANGANESE Epinard  Amande, Noix de pécan et du Brésil, Orge, Seigle, Pois cassés, Thé, Gingembre, Oeuf
ZINC Pois Fruits de mer (Huîtres), Foie, Poisson, Jaune d’oeuf, Levure de bière, Haricot, Céréales complètes, Légumineuse, Oléagineux
POLYPHENOL Fruits rouges (cassis, myrtille, cerise, fraise…), Kaki, Litchi, Raisin Artichaut, Chou, Fines herbes (Thym, Origan, Persil…) Chocolat noir, Thé (vert ou noir), Noix & Graines
QUERCETINE Cassis, Myrtille sauvage, Pomme crue avec la peau Brocoli cru, Câpres, Oignon cru rouge, Piment fort jaune et cru
CATECHINE Thé vert, Thé noir
ANTHOCYANINE Cerise, Groseille, Mûre, Myrtille, Raisin rouge Aubergine ..
RESVERATROL Raisin noir Cacahuète, Vin rouge
LYCOPENE Fruits rouges, Melon, Pamplemousse rose, Pastéque Betterave, Poivron, Tomate

Alimentation, Savoir lire les étiquettes

Comment choisir un oeuf de qualité

COMMENT CHOISIR UN OEUF DE QUALITE


 

L’oeuf est d’une exceptionnelle richesse nutritionnelle. D’abord par ses protéines et par ses lipides qui sont contenus dans le jaune.

 

La composition en acides gras des oeufs et sa qualité nutritionnelle varie selon l’alimentation de la poule. Autrefois, les oeufs contenaient des quantités intéressantes d’acides gras oméga 3, ceux d’aujourd’hui en sont bien plus pauvres. Ainsi il est important de choisir ses oeufs de meilleures qualités possible pour votre santé et celle de la poule !

 
 

Les oeufs issus de poules élevées en élevage biologique (chiffre 0) : élevées dans un poulailler et ont un espace extérieur, avec un parcours herbeux. Leur alimentation est issue à 95% de l’agriculture biologique et sans farine animale. Les antibiotiques sont interdits.

 

Les oeufs de poules élevées en plein air (chiffre 1) : élevées dans un poulailler et dans un terrain extérieur partiellement recouvert de végétation. La mention « plein air » doit être indiquée sur l’emballage.

 

Les oeufs de poules élevées au sol (chiffre 2) : élevées dans des volières fermées, sans accès à l’extérieur.

 

Les oeufs de poules élevées en cage (chiffre 3) : A bannir absolument. Malheureusement ils représentent la majorité des oeufs vendus au détail. Ils représentent 80% de la consommation française.

 

Les oeufs utilisés dans la fabrication de produits alimentaires proviennent aussi le plus souvent de ce mode d’élevage, par exemple dans vos préparations pour gâteaux, vos biscuits, vos plats préparés, vos crèmes dessert, etc.

 

Pour les boites d’oeufs de poules élevées en cage, la fraîcheur des oeufs est mise en avant pour masquer le mode d’élevage. Vous verrez plutôt en gros « oeufs datés du jour de ponte ».

 

Soyez très vigilant avec les oeufs vendus en vrac soit disant en provenance d’exploitation fermière alors qu’en fait ils sont issus de poules élevées en batterie (code 3). Regardez bien le code inscrit sur la coquille de l’oeuf.

 

« Saveur d’antan », « oeufs datés », « oeufs de ferme » ou « oeufs de basse-cour », etc. ne sont pas des mentions officielles, et ne vous confirme pas la qualité des oeufs. Ces appellations ne sont pas valables.

 
 

Comment choisir ses oeufs ?

 

Il faut regarder le 1er chiffre du code sur les oeufs. Le code n’est pas inscrit sur la boite, il faut donc ouvrir la boite et lire le premier chiffre d’inscrit sur l’oeuf, par exemple 0FR… ou 1FR… (Fr étant le pays de provenance soit la France)suivi de l’identification du producteur et du bâtiment de ponte, puis la date de consommation recommandée (DCR).

 

Il faut ainsi choisir le chiffre 0 dans la meilleure des situations.

A bannir les chiffres 2 et 3.

 

  • 0 = bio
  • 1 = en plein air
  • 2 = au sol
  • 3 = en cage

 
 

Bon à savoir sur les oeufs…

 

La couleur de la coquille :

Elle est déterminée par la race de la poule. Plus solide et plus poreuse que la coquille blanche, les oeufs à coquille rousse sont les préférés des consommateurs. Les oeufs blancs et les oeufs bruns ont bien sûre la même valeur nutritionnelle !

 

Le cholestérol et les oeufs :

Jusqu’à présent banni du régime alimentaire des personnes à risque cardio-vasculaire en raison de sa richesse en cholestérol, l’oeuf est peu à peu réhabilité au fil des études. En effet, aucune confirmation n’a été mise en évidence entre une consommation importante d’oeuf (au moins un par jour) et un accroissement du risque de maladies cardio-vasculaires. Pour certaines personnes, les éviter le soir suffira à ne pas enrichir le cholestérol. Il s’agit entre autre de se nourrir selon la chrononutrition. Ainsi la consommation d’oeuf est au cas par cas, et plus une interdiction stricte pour tout ceux qui ont du cholestérol.

 

Comment s’assurer qu’un oeuf est bien frais ?

Plongez-le dans un récipient rempli d’eau. S’il coule, vous pouvez le manger sans crainte. Plus l’oeuf est vieux, plus il est léger et plus il flotte : réservez-le alors à une préparation ou consommer-le très cuit.

Sauf s’il est vraiment très vieux bien sûre !

Alimentation, Antioxydants, Boisson, Recette

Smoothie aux baies d’açaï

SMOOTHIE AUX BAIES D’AÇAI


 

Le printemps est là, les températures augmentent dans le Sud-Ouest et j’ai envie d’apporter un peu de fraicheur à mes journées, pas vous ?
 
Je vous présente une recette de smoothie : une touche d’antioxydant à partir de Jus de Grenade, et de baies de Goji, de bonnes matières grasses via le lait d’amande et de graines de lin (à condition de bien tolérer les graines pour ceux ayant des troubles digestifs), et de quelques cuillères d’un super-aliment pour apporter vitalité & énergie.
 
Ici, j’ai choisi la poudre de baies d’açaï. Mais vous pouvez très bien choisir un autre super-aliment. On parle de leurs différentes propriétés ici. A partir du tableau vous découvrirez très vite lequel choisir !

 
 
INGREDIENTS

  • 10cl de jus de grenade (fraichement pressé ou acheté en magasin bio, sans ajout de sucre ou arôme)
  • 10cl de lait d’amande
  • 2c. à soupe de graines de lin moulu (optionnel)
  • 2c. à soupe de baies de goji séchées
  • 2c. à soupe de poudre de baies d’açaï

 

Mettez tous les ingrédients dans un robot mixeur.

Versez le mélange obtenu dans un verre.

Il est préférable de boire le smoothie juste après l’avoir préparé, c’est là qu’il contient le plus de vitamines.

Régalez-vous et surtout savourez cette source d’énergie !

 

Alimentation, Paléo, Recette, Régime GAPS, Système digestif

Le bouillon d’os, pourquoi en consommer

LE BOUILLON D’OS

POURQUOI EN CONSOMMER ?


 

Dans cet article on ne parle pas des cubes de bouillons industriels, mais bien du bouillon « fait maison ». Le bouillon d’os est un aliment qui fournit plusieurs nutriments, et est souvent utilisé dans les plans alimentaires thérapeutiques ou de guérison tels que dans le régime GAPS ou RGS (Régime des Glucides Spécifiques), ou Paléo.

 

Le bouillon d’os est ainsi redevenu de plus en plus populaires ces dernières années.

 

Comme son nom l’indique, le bouillon d’os est fait à partir d’os dans de l’eau bouillante jusqu’à ce que les éléments bénéfiques soient extraits : collagène, glucosamine, glutamine, ect.

 

Pour les personnes qui préfèrent éviter l’accumulation de gélules ou de poudres de l’un de ses acides aminés pour une raison de santé, le bouillon d’os est une excellente alternative pour se supplémenter naturellement de ses éléments.

 

Et on va voir que le bouillon d’os est également très intéressant pour beaucoup de problème de santé et de bien-être, notamment pour la peau et les cheveux.

 
 

Que contient le bouillon d’os ?

 
COLLAGENE : Le collagène est une protéine de structure. En fait, c’est la plus commune, elle représente entre 25 à 35% de la teneur totale en protéines de l’organisme. Le collagène est probablement le nutriment le plus réputé pour les personnes souffrant d’arthrite, arthroses ou autres problèmes articulaires ou troubles tendineux.
 

Le collagène nourrit également le système squelettique ainsi que la peau et les cheveux. Il peut aider à garder une peau jeune en augmentant l’élasticité de la peau, et renforcer les cheveux et les ongles.

 

Non seulement, le collagène favorise une muqueuse de l’estomac en bonne santé et de quantités adéquates d’acide gastrique, conduisant à une meilleure digestion.

 

Toutes les cellules du corps et les tissus ont besoin de réparations et de renouvellement permanent par division cellulaire. Pour ces raisons, le besoin de collagène par l’organisme est assez élevé. Le bouillon d’os permet d’accélérer la guérison et la résolution des blessures internes, car c’est une excellente source de constituants de collagène.

 

GLYCINE : Un des nutriments qui vient de la gélatine est la glycine, un acide aminé non essentiel qui ne se trouve pas dans beaucoup d’ autres sources d’aliments. La glycine peut aider à sécréter l’acide gastrique qui contribue à réduire l’incidence de reflux gastrique et d’indigestion.

 

Elle joue également un rôle en aidant à décomposer les graisses au cours du processus digestif, ce qui est important pour l’ensemble intestinal, du pancréas et de la vésicule biliaire.

 

Fort de sa haute teneur en glycine, le bouillon d’os est aussi un excellent somnifère. L’acide aminé se diffuse dans le cerveau et diminue la température du corps et inhibe l’activité musculaire, facilitant ainsi le sommeil. Cette action sélective sur les neurotransmetteurs peut aider à réguler le rythme circadien.

 

GLUCOSAMINE : Un nutriment qui a été fréquemment utilisé pour réduire les douleurs articulaires, la glucosamine se trouve dans les os et donc, dans le bouillon d’os.

 

GLUTAMINE : un autre acide aminé qui provient de l’os. La glutamine aide à réparer et à maintenir les parois de l’intestin, en particulier de l’intestin grêle. En tant que tel, il est un élément important pour réparer la perméabilité intestinale, et d’empêcher sa dégradation.

 

Au-delà des plans alimentaires spécifiques, les gens peuvent choisir de consommer un bouillon d’os pour aider à répondre à certains troubles ou maladies spécifiques, comme par exemple :

 

  • Contre la porosité intestinale – «Leaky Gut Syndrome » : la porosité intestinale se produit lorsque les jonctions serrées de l’intestin grêle sont endommagées et permettent à des particules d’aliments non digérées ou autres toxines de passer à travers la circulation sanguine. Cela peut favoriser les réactions auto-immunes et autres troubles, conduisant à un certain nombre de problèmes de santé et de qualité de vie. La porosité intestinale surexcite le système immunitaire, menant à l’inflammation, et à des conditions auto-immunes.
  • La maladie coeliaque et les maladies auto-immunes : la maladie coeliaque est une maladie auto-immune génétiquement déclenchée à la présence d’une protéine, via le gluten, qui peut signaler le système immunitaire à briser les murs de l’intestin grêle, ce qui conduit à la perméabilité intestinale et à l’absorption inadéquate des nutriments. Comme mentionné ci-dessus, le bouillon d’os permet d’inverser la perméabilité intestinale, ce qui peut être bénéfique pour les personnes souffrant de la maladie coeliaque ou toute autre forme de maladie auto-immune.
  • Contre la grippe, les rhumes et autres infections saisonnières : Nos ancêtres le savent depuis longtemps et c’est inscrit dans nos livres, le bouillon d’os est traditionnellement donné aux personnes fragiles pour améliorer leurs conditions physiques et augmenter leurs résistances face aux maladies infectieuses. C’est un excellent tonique pour garder une bonne santé au cours de la saison de la grippe. Il est possible d’ajouter des herbes qui renforcent l’immunité comme le gingembre, le curcuma et le thym au bouillon d’os pour le rendre encore meilleur et plus efficace.
  • Troubles articulaires et musculaires :  Ceci est dû à la gélatine et aux collagènes contenus dans le bouillon d’os qui aide à restaurer les articulations et muscles. L’arthrose est cliniquement traitée avec des suppléments de sulfate de chondroïtine et de la gélatine, mais ces mêmes substances se retrouvent à profusion dans le bouillon d’os. Les personnes souffrant d’arthrose signalent un soulagement significatif des symptômes en laissant de côté le café ou le thé au profit du bouillon d’os. Quand nous pensons à la santé des os, nous pensons en premier lieu au calcium et au phosphore, mais la protéine de collagène est tout aussi importante. Le collagène naturellement présent dans le bouillon d’os peut contrecarrer une carence en collagène et maintenir la souplesse de vos os souple et les rendre plus résistant.
  • Fertilité , grossesse et allaitement : Le bouillon d’os est très intéressant lors de grossesse et d’allaitement, il s’agit d’un aliment très riche en nutriments. Le meilleur moment pour apporter tous les nutriments nécessaires pour l’organisme est bien le moment où l’on essaye de concevoir, ou en cours de grossesse – allaitement. Le bouillon d’os est bénéfique pour ces trois moments importants d’un point de vue nutritionnel en raison de ses effets positifs sur la santé et les intestins. Si l’intestin d’une femme est bien nourrie, l’organisme sera alors plus apte à digérer la nourriture et d’absorber les nutriments, et ainsi plus grande sera le bien-être général pour la maman et l’enfant. Cela va aussi naturellement améliorer la qualité et la quantité de lait maternel, qui à son tour, transmet des éléments nutritifs pour le nourrisson.

 

Comment bénéficier du bouillon d’os ?

 

Pour la préparation, vous pouvez choisir d’utiliser les os de votre choix : de bœuf, de mouton, le volailles ou mêmes des arrêtes de poisson et d’y ajouter les légumes et les épices de votre choix selon vos goûts.

 

Plus votre bouillon est riche en collagène et a un aspect gélatineux, plus il sera bénéfique.

 

Vous pouvez tout simplement le boire à la tasse, dans un bol. Ou bien intégrer certaines quantités de bouillon d’os dans une soupe, ou dans une sauce, un ragoût, une purée… pour en profiter au maximum.

 

Le bouillon d’os est très économique, il suffit de récupérer des os que l’on ne consomme pas, par exemple après avoir mangé un poulet ou une poule. Si l’on a pas beaucoup d’os, il suffit de les stocker au congélateur et lorsque l’on a une quantité suffisante alors on peut préparer un bouillon. Il est également possible de demander au boucher s’il a des carcasses ou des os à moelle. La plupart du temps, elles sont gratuites.

 

INGREDIENTS

3 litres d’eau

1 carcasse de poulet fermier, ou des os à moelle, etc.

2 c. à soupe de vinaigre de cidre

Sel

Option selon la tolérance de chacun:

des épices (poivre, gingembre, curcuma, etc.)

des légumes (ail, carottes, céleri, poireau, etc.)

des herbes aromatiques (persil, laurier, thym, origan, etc.)

 
 

  • Placer dans une grande marmite la carcasse de poulet entier.
  • Ajouter à volonté sel et 2c. à soupe de vinaigre de cidre.
  • Compléter par de l’eau pour remplir la marmite.
  • Porter à ébullition à couvert.
  • Puis laisser mijoter à feu doux entre 8 et 24 heures en vérifiant régulièrement le niveau de l’eau.
  • Retirer du feu, verser à travers une grande passoire pour ne conserver que le bouillon.
  • Laisser refroidir.
  • Conserver au frigo pour l’usage courant, et/ou congeler le reste.
  • Conservation au réfrigérateur 5 à 6 jours.