Browsing Category

Lecture

Lecture, Phytothérapie

« Les 33 plantes validées scientifiquement »

« Les 33 plantes validées scientifiquement »

par Drs Bertrand Graz & Jacques Falquet

Editions Favre


 

Pas de « on-dit » ou de remède de grands-mères avec certaines plantes, car elles se révèlent validées scientifiquement.

 

Certaines plantes que vous connaissez depuis « toujours » ne sont pas si anodines que cela et s’avèrent très efficaces voir comparable à un médicament conventionnel. D’où pourquoi, vous pouvez entendre que les plantes ne doivent pas être prises sans avis d’un spécialiste car il faut s’assurer que la plante puisse vous convenir, vérifier les contre-indications et les effets secondaires possibles selon votre état de santé et les résultats voulus.

 

Selon les études répertoriées dans le livre, les savoirs ancestraux se révèlent être vrai scientifiquement pour… :

 

  • La grande camomille pour les migraines
  • La valériane pour les insomnies
  • La menthe poivrée pour le mal de tête et tension musculaire, migraine mais aussi le côlon irritable
  • Le café pour les performances cognitives et mémoire
  • Les graines de lin contre la constipation
  • Le gingembre contre les nausées
  • Le chardon-marie pour l’hépatite
  • L’ail pour l’hypertension légère
  • La vigne rouge pour les varices et insuffisance veineuse
  • Le gattilier pour le syndrome prémenstruel
  • L’eucalyptus pour la bronchite et le rhume
  • Le piment pour les douleurs locales
  • et bien d’autres…

Pour chacune de ces plantes, cela demande une préparation précise selon l’effet souhaité. Par exemple, prenons la menthe poivrée. L’utilisation ne sera pas la même si l’on souhaite l’utiliser pour contrer les maux de tête ou le côlon irritable.

 

Pour les maux de tête, les tensions musculaires et les migraines on utilisera l’huile essentielle de menthe poivrée en externe, c’est à dire en massage sur les tempes et le front en massant doucement plusieurs minutes.

 

Alors que pour le côlon irritable, on utilisera l’huile essentielle de menthe poivrée en interne, à avaler sur un support avant les repas ou bien, en infusion.

 

Mais il faut savoir que l’huile essentielle de menthe poivrée n’est pas si 

anodine. En capsule, elle peut provoquer un ralentissement du rythme cardiaque, des tremblements, diminuer le taux de fer et son absorption, et perturber un traitement médicamenteux. Sur la peau, elle peut être légèrement irritante. Voici ce que récapitule le livre.

 

Souvent on pense que les solutions naturelles sont plus rassurantes car les effets secondaires sont réversibles et temporaires. Cela dit, il faut savoir reconnaitre les symptômes avant de continuer un traitement qui pourrait ne pas convenir et s’avérer néfaste pour nous.

 

Le livre souligne bien que plusieurs plantes sont suspectées d’une toxicité sur le foie sur le long terme comme la rue, le consoude (sauf en soin externe)… Un passage extrêmement intéressant car j’ai été très surprise de trouver la bourrache sauf pour une utilisation modérée et occasionnelle.

 

Puis des recherches se poursuivent pour certaines d’entres-elles, dont :

L’avocat et le soja dans le traitement de l’arthrose

Le chanvre dans les traitements de l’asthme, du glaucome et vomissement

La patate douce, le chardon-marie, le fenugrec et la cannelle contre le diabète

Le curcuma pour la cicatrisation

Le souci comme anti-inflammatoire et antiseptique

La rhodiole pour le stress et la fatigue nerveuse

L’ortie contre les rhumatismes articulaires

Le ginseng en cas de diabète, d’infection, et du système nerveux

 

Des plantes que l’on utilise en naturopathie et qu’il est toujours bon de connaitre les résultats scientifiquement. En tant que naturopathe, j’espère que de multitudes études vont suivre dans l’objectif de rendre les compléments alimentaires sécuritaires, surtout ceux en vente libre.

 

En attendant n’hésitez pas à demander conseils auprès de spécialiste selon les connaissances de chacun, médecin, pharmacien, herboriste, naturopathe, aromatologue…

 

Prenez soin de vous !