Browsing Category

Phytothérapie

Phytothérapie, Système digestif, Système immunitaire

Sureau noir

SUREAU NOIR

Sambucus Nigra


 

Les médecins grecs, dont Hippocrate et Galien, louaient déjà les vertus thérapeutiques du sureau.

 

On utilise la plante de sureau principalement par ses fleurs, ses baies, et son écorce.

 

Les baies contiennent des flavonoides, des vitamines A et C et possèdent des quantités non négligeables de calcium, potassium, fer, phosphore. Intéressante en cas d’anémie et de stimulation du système immunitaire.

 

Les fleurs sont quant à elles riches en flavanoides et renferment aussi des acides phénoliques, des stérols, du mucilage et des tanins.

 

Les fleurs fraiches sont laxatives. Sèches, elles sont surtout sudorifiques, mais aussi diurétiques. On les emploie chaque fois qu’il faut stimuler la transpiration. Par exemple, en cas de rhume, fièvres, bronchite chronique, grippe, crise de rhumatisme.

 

Les baies sont également sudorifique, et à dose augmentée, elles deviennent purgatives, laxatives.

 

En infusion, 1 cuillère à soupe de baies de sureau noir à infuser 10 minutes. 2 à 3 tasses par jour, dès l’arrivée d’un affaiblissement immunitaire.

 

Ou bien, 50g de fleurs sèches par litre d’eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes.

 

Adoucissantes et résolutives, les fleurs sont aussi utilisées en externe contre les congestions, les engelures, les crises de goutte, les inflammations oculaires.

 

Par exemple, par compresse via une infusion concentrée de 100g de fleurs par litre d’eau, contre les inflammations dentaires, les eczémas, les dartres. En lotion, contre les inflammations des paupières, les conjonctivites et les orgelets.

 

Les feuilles séchées, plutôt toxiques, seront utilisés dans le jardin en décoction à pulvériser pour éloigner les taupes, les souris, les parasites et les insectes. L’odeur les fera fuir.

 

Comme toutes plantes, ses propriétés thérapeutiques sont multiples, il est alors important de prendre en compte chacun de ses effets pour savoir si elle peut être adaptée pour vous ou non. Une action positive de la plante peut vite devenir une action négative pour certains.

 

En résumé, ses propriétés médicinales sont : altératif, apéritif, antiviral, broncho-dilatateur, mucolytique, dépuratif, immunostimulant, diurétique, lithotritique, fébrifuge, sudorifique, nutritif, tonique, purgatif, vulnéraire.

 

Autres usages, les fleurs de sureau parfument délicieusement le vin, le vinaigre, mais aussi idéales pour créer des boissons rafraîchissantes. Autrefois, au printemps, on en buvait de grandes quantités afin de purifier l’organisme des toxines accumulées durant l’hiver.

 

On en fait aussi de délicieuses tartes. Les baies de sureau servent à préparer des confitures et des gelées un peu fades. Cela dit, on conseille de manger les fruits crus en petites quantités (100g), car ils sont laxatifs. Il est possible de les faire sécher au déshydrateur pour en profiter plus longtemps et hors saison.

 

Vous pouvez trouver les fleurs ou les baies de sureau noir chez les herboristes.
Si vous n’avez pas d’herboristerie près de chez vous, voici quelques adresses internet :

 

Vous pouvez trouver également le sureau noir sous d’autres formes : en gemmothérapie, teinture-mère, sirop…

Fatigue, Phytothérapie, Système digestif, Système immunitaire

Le gingembre

LE GINGEMBRE

Zingiber Officinale


 

Le gingembre, une plante que j’apprécie tout particulièrement car elle m’a aidé de quelques situations.

 

Par exemple, à l’époque où j’avais l’intestin irritable pour combattre des spasmes, vomissement ou pour stimuler ma digestion. Ou bien, lors de fatigue ou d’affaiblissement du système immunitaire.

 

Le gingembre est une épice que j’ai toujours à la maison, que cela soit sous plusieurs formes : en épice, en poudre, en complément, ou en huile essentielle.

 

Comme toutes plantes, ses propriétés thérapeutiques sont multiples, il est alors important de prendre en compte chacun de ses effets pour savoir si elle peut être adaptée pour vous ou non. Une action positive de la plante peut vite devenir une action négative pour certains.

 

Tout d’abord, le gingembre possède des propriétés apéritives, stomachiques, carminatives, antiseptiques et fébrifuges. Il est recommandé en cas de troubles digestifs et d’infections gastro-intestinales.

 

L’extrait de rhizome lutterait contre les conditions dyspeptiques, apaisant les crampes abdominales, réduisant les contractions des muscles intestinaux et inhibant le réflexe qui déclenche les vomissements.

 

Ses propriétés antivomitives sont particulièrement appréciées. Il se montre efficace contre le mal des transports.

 

Stimulant du système immunitaire, il est atout important contre les refroidissements, il soulage effectivement des rhumes, grippes, maux de gorges et autres problèmes respiratoires.

 

D’autre part, le gingembre améliore la circulation capillaire et élève la tension artérielle (déconseillé en cas d’hypertension).

 

Des études ont montré que le gingembre peut aider à améliorer une mauvaise circulation sanguine, qui se traduit par une froideur excessive des mains et des pieds, des doigts engourdis, et des jambes lourdes.

 

Par contre, le gingembre peut interagir avec des plantes qui stimulent la circulation sanguine et ralentir la coagulation sanguine. Ainsi, la combinaison du gingembre avec certaines plantes peut augmenter le risque de saignement. Idem s’il y a prise d’anticoagulant, aspirine, antiagrégant, au risque d’action fluidifiante. Dans ce cas, elle est déconseillée.

 

Le gingembre possède des qualités analgésiques, en particulier pour les douleurs dues à l’arthrite ou à la fibromyalgie, on la retrouve très fréquemment dans certains complexes de compléments alimentaires spécifiques ou dans des pommades.

 

Jusqu’au XVIIIème siècle, dans les campagnes, le gingembre remplaçait le poivre. Puis, les villageois pauvres ont pensé qu’il était plus luxueux de consommer du poivre plutôt que du gingembre, imitant les gens riches qui en faisaient usage. 

 

Le gingembre reste principalement une épice courante en Grande Bretagne, aux Etats-Unis et en Australie, indispensable dans les pâtisseries, tels les « Ginger Breads », petits gâteaux parfumés que l’on sert avec le thé. On en parfume également des boissons, telle la « Ginger Beer », légèrement alcoolisée, ou la « Ginger Ale », une eau gazéifiée additionnée d’essence de gingembre.

 

Mais bien sûre, également dans les cuisines orientales, où on l’emploie volontiers frais, émincé dans les courts-bouillons, les marinades et les potages. Il accompagne les poissons et le riz. Le gingembre confit au sucre est la friandise la plus répandue.

Sommeil, Système nerveux, Tisane

Des tisanes pour mieux dormir

DES TISANES POUR MIEUX DORMIR


 

Un mauvais sommeil peut avoir toutes sortes de causes : l’anxiété, le surmenage, la consommation d’excitants comme le café ou le citron, des troubles digestifs, des changements hormonaux, etc.

 

Un mauvais sommeil est le révélateur d’un dérèglement.

 

La première réaction à avoir est donc de chercher les causes de ce symptôme et d’y remédier. Toutefois, certaines plantes peuvent aider à surpasser ce problème de la meilleure façon possible.

 

Depuis des siècles, certaines plantes sont connues pour leurs effets sédatifs et relaxants. Préparées sous formes de tisanes, elles aident à glisser plus facilement dans le sommeil et à mieux dormir d’une façon naturelle.

 

Certaines d’entre elles sont utilisées seules, d’autres sous forme de mélanges où elles conjuguent leurs effets bienfaisants contre les manifestations de nervosité qui empêchent l’arrivée d’un sommeil réparateur.

 

Ici on ne parlera que des plantes à utiliser seules, étant donné qu’un mélange de plantes doit être adapté à chacun.

 
 

L’eschscholtzia

 

Elle doit sa renommée à un botaniste russe appelé J.F.Eschscholtz. Cette plante est essentiellement antispasmodique, ce qui favorise la détente musculaire et nerveuse au cours de la nuit. On la recommande en cas de nervosité ou d’agitation au coucher, mais aussi en cas de cauchemars et de réveils nocturnes.

 

20g de fleurs séchées par litre d’eau bouillante en infusion de 15 min au minimum, pour 1 tasse au coucher. 

 
 

L’aubépine

 

Elle exerce une action sédative sur le système nerveux central. On l’utilise donc pour atténuer l’irritabilité, l’émotivité excessive, la perception exagérée des battements du coeur. En préservant le calme au quotidien, l’aubépine contribue donc à calmer les troubles du sommeil.

 

20g de feuilles séchées pour 1l d’eau bouillante, laisser infuser pendant 20 min et boire 2 ou 3 tasses par jour, de préférence après le repas du soir ou avant de se coucher pour profiter au mieux de ses effets apaisants.

 
 

La valériane officinale

 

Excellent tranquillisant végétal qui réduit considérablement la nervosité et aide à raccourcir le temps d’endormissement. Grâce à ses propriétés sédatives, on utilise ses racines séchées pour traiter l’insomnie. La valériane est par contre déconseillée pour les personnes diagnostiquées hyperactif.

 

1c. à café (3g environ) de racines de valériane séchées et émincées pour 20cl d’eau bouillante. Ses effets seront plus fort en faisant une décoction.

 
 

Le houblon

 

Ce sont les cônes femelles de la plante qui contiennent les principes actifs relaxant et sédatifs. Son usage est particulièrement conseillé pour traiter les insomnies, la tension nerveuse et l’anxiété. Cependant déconseillée pour les personnes réagissant mal avec les phytoestrogènes ou ayant un excès d’oestrogène.

 

2 ou 3 cônes secs dans 1 tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes et la boire au coucher.

 

Et pourquoi pas glisser sous la taie d’oreiller une pochette de mousseline renfermant 100g de cônes de houblon séchés. Ses essences sont suffisamment volatiles pour être absorbées par l’appareil respiratoire à travers le tissu.

 
 

La passiflore

 

Elle possède une bienfaisante activité sédative et anxiolytique, que l’on recommande pour soigner l’irritabilité, l’anxiété, l’insomnie et la nervosité.

Ce sont les parties aériennes, séchées, que l’on utilise.

 

Faire infuser 2,5g dans 15cl d’eau bouillante durant 10 à 15 minutes et en boire 3 à 4 fois par jour.

 
 

Le millepertuis

 

Aujourd’hui ses principes actifs ont été mis en évidence pour soulager les manifestations de lassitude nerveuse, d’anxiété, voire de dépression, et de troubles du sommeil.

 

Il n’est pas conseillé de s’exposer au soleil lors d’une cure de millepertuis, et certains médicaments peuvent poser problèmes comme les antidépresseurs.

 

2 à 4g de fleurs séchées, infusées de 5 à 10 minutes dans 15cl d’eau bouillante. Boire cette infusion 3 fois par jour.

 
 

Et bien d’autres encore : mélisse, fleur d’oranger, camomille… à vous de trouver VOTRE plante. Vérifiez toujours les contre-indications de chacune et ses différentes propriétés qui peuvent faire toute la différence!

Bien-être, Phytothérapie

L’euphraise, pour tous les problèmes oculaires

L’EUPHRAISE

HERBE A OPHTALMIE, HERBE AUX MYOPES


 

Je suis myope, je porte des lunettes et des lentilles depuis quelques années. Et il m’arrive parfois d’avoir les yeux irrités, séchés, manquant de larmes. En fin de journée, mes yeux peuvent être rouges et pour soulager, je me suis trouvée quelques remèdes naturels.

 

Au départ, j’utilisais seulement l’hydrolat de bleuet en compresse ou sur un coton. Ou le collyre Optigem de la marque Herlbagem, à base de bleuet.

 

Puis, j’ai découvert une autre plante : l’euphraise. Une plante moins connue, mais tout aussi efficace, voir mieux que le Bleuet.

 

On ne trouve pas d’hydrolat d’euphraise, comme le bleuet pour l’appliquer simplement sur les yeux. Il existe la teinture-mère, mais cela contient de l’alcool. Ainsi je me suis dit, que j’allais faire une tisane d’euphraise et agir en compresse. Voici le mode d’emploi :

 
 

COMPRESSE D’EUPHRAISE OFFICINALE

 
Vous avez besoin de :

  • 1c. à café d’euphraise officiniale séchée
  • 1 tasse
  • 1 filtre à thé
  • 1 compresse ou 1 disque de coton

 

Placez l’euphraise dans un filtre à thé, puis placez le dans une tasse.

Versez d’eau bouillante et laissez infuser 10 minutes à couvert.

Trempez la compresse dans la tisane refroidie. Pressez pour éliminer le liquide superflu.

Appliquez la compresse sur les yeux minimum 5 minutes.
Ou à tamponner plusieurs fois par jour.

Peut se conserver 2 jours au réfrigérateur.

 

Il existe notamment un collyre à base d’Euphraise :  Collyre Euphrasia de la marque Weleda.

 

Ainsi il est possible d’utiliser le collyre au quotidien. Et des compresses pour un soin.

 
 

LES PROPRIETES THERAPEUTIQUES

 

Nom latin : Euphrasia officinalis (E.rostkoviana)
 
Noms communs : casse-lunettes, herbe à ophtalmie, herbe aux myopes
 
L’euphraise a des propriétés antiseptiques, astringentes et anti-inflammatoires.
 
Elle a une grande réputation pour soigner l’ophtalmie, les yeux veineux, blépharite, conjonctivite, les larmoiements, glaucome, kératite, iritis…
 
L’euphraise est vraiment LA plante la plus célèbre pour soulager et soigner les maladies des yeux.
 
Elle contracte la muqueuse de l’oeil et soulage les inflammations de la conjonctivite et des paupières.
 
Souvent utilisés en externe par rinçage ou compresse pour les yeux, via des décoctions de la plante. Elle peut être aussi utilisée pour une préparation de collyre en préparant un flacon de sérum physiologique stérile à 99% + 1% de teinture-mère d’euphraise. Dosage à 1 à 2 gouttes dans l’oeil.
Cette préparation peut être préparée par un pharmacien ou un herboriste.
 
La liste des pharmacies pouvant préparer des formules phyto-aroma à Bordeaux est ici.
 
Anticatarrhale, elle est également efficace en cas d’infections de l’oreille moyenne, des sinus ou des voies nasales. On l’emploie sous forme de lavages ou de cataplasmes également.
 
On peut aussi boire la décoction d’euphraise : 1c. à thé de plantes sèches dans 250ml (1 tasse) d’eau. Elle combat la diarrhée, la sinusite, et les allergies saisonnières provoquant des écoulements nasaux et oculaires pénibles.
 

Un peu d’histoire…
Le mot « euphraise » vient du nom de l’une des trois Grâces grecques, Euphrosyne, qui signifie « délectation ». Sainte Hildegarde de Bingen dit de l’euphraise qu’elle fortifie le cerveau, la mémoire et les yeux. Olivier de Serres la cultivait et l’appelait « luminette » en raison de son pouvoir d’améliorer la vue ou la vision. L’homéopathie utilise toujours « Euphrasia » pour soigner la sensibilité à la lumière vivre, les larmoiements avec inflammation des yeux d’origine allergique ou infectieuse.

 

Aromathérapie, Phytothérapie

Liste des pharmacies phyto-aroma

LISTE DES PHARMACIES PHYTO-AROMA

A BORDEAUX et ses alentours

 

shutterstock_35706034

 

Pas toujours facile à trouver, voici une liste, non exhaustive, de pharmacie à Bordeaux et ses alentours disposant d’un préparatoire capable de réaliser des formules phyto-aroma.

 

Pour vos mélanges de 100% plantes, vous pouvez vous adresser aux herboristeries près de chez vous, qui sont bien plus nombreuses.

 


 

BORDEAUX

 

• Pharmacie des Chartrons

16, cours Portal et 5, place du Marché des Chartrons

33000 Bordeaux

Tél. : 05 56 52 68 03

Site web

 

• Pharmacie Bachoué

34, cours Georges-Clémenceau

33000 Bordeaux

Tél. : 05 56 81 35 76

Site web

 


 

Le BOUSCAT

 

• Pharmacie Atlantis Bouscat

46, avenue de la libération

33110 Le Bouscat

Tél. : 05 56 02 46 80

Site web

 


 

Vous souhaitez ajouter une pharmacie non listée ? N’hésitez pas à me contacter, je l’ajouterais avec plaisir sur la liste.

 

Alimentation, Aphte, Oligothérapie, Phytothérapie

Les aphtes

LES APHTES


 

Ils sont l’un des troubles les plus communs de la bouche, provoquant une grande gêne pour des millions de personnes à travers le monde : les aphtes.

 

L’apthe est une affection de la muqueuse buccale. Il se caractérise par l’apparition de petites lésions éphémères, de type vésicule ou boursouflure. Elles peuvent dégénérer en ulcération superficielles.

 

Les aphtes provoquent des sensations gênantes et parfois douloureuses de brûlure de la paroi interne de la bouche. La gêne occasionnée n’a souvent aucun rapport avec la taille – souvent minime – de l’aphte.

 

Malgré tout, la douleur reste forte, car il s’agit d’une plaie à vif, irritée par tout contact : mastication alimentaire, brossage des dents ou au contact de la bouche elle-même.

 

Heureusement, la plupart des aphtes disparaissent en une semaine ou deux. Mais quand ils se multiplient et s’accumulent sur un plus long terme, cela devient encore plus gênant.

 

Les aphtes peuvent être soit d’origine :

 

  • traumatique comme un choc, une morsure ou frottement d’un appareil dentaire
  • alimentaire
  • virale ou médicamenteuse comme les traitements antibiotiques, traitements anticancéreux, pilule contraceptif…
  • carence alimentaire et déficience immunitaire : carence en vit B9, B12, zinc, fer…
  • maladie gastro-intestinale, tels que maladie coeliaque ou maladie de Crohn
  • stress émotionnel, surmenage, fatigue
  • pendant la menstruation, la grossesse et la ménopause en raison de changements hormonaux
  • utilisation de dentifrice avec des additifs chimiques (en particulier « lauryl sulfate de sodium »)

 

QUE FAIRE ?

 
En naturopathie, on va chercher la cause sous-jacente qui permet aux aphtes de se développer. On remarque divers liens similaires pouvant les provoquer, ainsi il y a quelques astuces pour limiter leurs fréquences. A vous d’écouter votre corps et de les trouver !

 

  • Limiter les aliments aphtogènes : fruits oléagineux (amandes, noix…), fruits non pelés, fraises, raisins, citrons, agrumes, ananas, bananes, kiwis, fromages à pâte dure type gruyère, tomates, épices et chocolat. Ce sont spécialement dû à une sensibilisation alimentaire avec des aliments riches en histamine. Le déclenchement d’aphtes semble également soumis au dépassement d’un seuil de tolérance de ces aliments sur plusieurs jours. Ce seuil est propre à chacun. 1 banane peut déclencher des aphtes, alors qu’une demi n’aura aucune conséquence.
  • Éviter les aliments qui irritent votre bouche, y compris les agrumes, les légumes acides, et les aliments épicés.
  • Bien rincer les fruits et légumes.
  • Éviter l’irritation par les chewing-gums qui sont remplis de produits non-naturels.
  • Choisir une brosse à dent à poils doux et arrondis qui aident à prévenir l’irritation des gencives.
  • Choisir un dentifrice ayant le minimum d’additif, voir aucun et surtout pas « lauryl sulfate de sodium ».
  • Limiter la consommation d’alcool qui peut sérieusement épuiser les stocks de vitamines B, dont la vitamine B9 et de vitamine B12, qui ont été démontré à empêcher les aphtes.
  • Vérifier les apports alimentaires insuffisant de fer et/ou en cas de carence en fer, spécialement pour les femmes au cours des règles, les femmes enceintes ou en allaitement, les grands sportifs, les végétaliens, ou régime restrictif… Ajouter plus d’aliments riches en fer comme les fruits secs, les jaunes d’œufs, le foie, la viande rouge maigre, les huîtres, les volailles, le saumon, épinards, le thon et les grains entiers à votre régime alimentaire.
  • Prudence avec le gluten pouvant favoriser le développement d’aphtes.
  • Consommer des aliments riches en : acide folique, Vitamine B12, Vitamine B2, Fer, Zinc.
  • Retrouver une bonne hygiène de vie (alimentation, sommeil, no stress, activité sportive).
  • Veillez à un bon équilibre acido-basique, en faisant attention à l’alimentation : les viandes rouges, sucreries, melons, noix, etc favorisant l’apparition des aphtes.

Autres allergènes communs pour les personnes sensibles faisant une réaction à certains additifs alimentaires, conservateurs tels les sulfites, la tartrazine, benzoates, et le glutamate monosodique (MSG).

 

  • Monosodium_glutamate_crystalsLes benzoates sont des conservateurs anti-microbiens qui sont couramment utilisés dans les boissons gazeuses, mais aussi dans d’autres produits alimentaires.
  • La tartrazine est l’un des colorants alimentaires artificiels les plus largement utilisés, et il se trouve dans de nombreux aliments transformés dans des proportions variables. Les produits qui peuvent contenir tartrazine comprennent les boissons de couleurs jaunes ou oranges douces, de la confiserie, les bonbons, les croustilles, les céréales, les soupes instantanées, certaines marques de pâtes et riz, sauces, conserves de légumes, fromages, beurre, et les produits farinés.
  • Glutamate monosodique, peut-être mieux connu sous l’abréviation « MSG », est un exhausteur de goût utilisé dans de nombreux aliments transformés ainsi que dans les aliments préparés. On en parle ici.
  • Les sulfites sont couramment ajoutés aux fruits secs et boissons alcoolisées.

 
QUELQUES SOLUTIONS

 

Voici quelques plantes médicinales qui peuvent contribuer à soigner les aphtes.

     

  • Phytolacca Calendula : en teinture-mère à appliquer sur l’aphte
  • La sauge : en tisane, en bain de bouche, en solution pour gargarisme ou à mâchouiller la feuille
  • La myrrhe : à utiliser sous forme de teinture
  • Feuille de basilic : à mâcher
  • Le thé noir : à appliquer en sachet humide sur les aphtes
  • La mauve : en tisane ou en solution pour gargarisme
  • L’hamamélis : en tisane
  • La rhubarbe : par exemple dans Pyralvex® (médicament : veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à un spécialiste)
  • L’aloe vera  : en bain de bouche ou en une petite noix gardée en bouche, cela anesthésie et cicatrise rapidement
  • La réglisse : en pastille à sucer

Les huiles essentielles efficaces contre les aphtes sont :

 

  • HE de tea tree (arbre à thé)
  • HE de laurier noble

En bain de bouche : diluer 3 – 4 gouttes dans un peu d’eau.
Ou localement : 1 goutte directement sur l’aphte.
2 à 3 fois par jour si nécessaire.

 

Il existe des gels ou complexes d’huile essentielles dans le commerce à appliquer directement sur l’aphte. Ils sont également très efficace.

 

En oligothérapie il va plutôt s’agir de Cuivre-Or-argent. Et pour éviter les récidives, Manganèse-Cuivre.

 

Des cures de vitamine C seront bénéfiques dans la prévention des récidives d’aphtes.
Préférer la vitamine C naturelle qu’est l’acérola.
Ou si vous voulez varier, choisissez la propolis à mâcher.

 

REDUIRE L’ACIDITE DANS LA BOUCHE
Comme les aphtes de la bouche sont dus à une hyperacidité, on va, grâce au sel ou au bicarbonate, enlever cette acidité. Le bicarbonate est en plus très apaisant.

Bain de bouche au bicarbonate (ou sel) :
1/2 c. à café de bicarbonate de soude dans 1/4 verre d’eau.
Alternativement, mettre 1 cuillère à café de bicarbonate de soude dans un petit bol et ajouter une goutte ou deux de l’eau pour former une pâte. Appliquer la pâte directement sur vos aphtes.

 

Acné, Phytothérapie

L’acné et la phytothérapie

L’ACNE ET LA PHYTOTHERAPIE


 

Du point de vue de la naturopathie, l’acné est une manifestation extérieure d’un déséquilibre interne. Que ça soit dû à une perturbation hormonale, digestif, stress, perturbateurs endocriniens, ou encore dû à des expositions à certains polluants, cosmétiques agressifs, allergènes, pesticides…

 

Certains traitements naturels peuvent être utiles pour réduire l’acné et ses inflammations. Aujourd’hui nous allons plutôt parler de phytothérapie, en commençant par la Bardane et la Pensée sauvage.

 

En général, la phytothérapie par voie interne fonctionne avec des cures de 3 semaines à 1 mois, temps nécessaire pour ressentir un minimum de bienfaits. On peut, au besoin, prolonger la cure pendant 2 mois, mais il est important, au terme de ces 2 mois, de faire une pause de 10 jours, car comme à toute autre substance, l’organisme s’habitue aux plantes. Si les troubles ne sont pas éliminés au bout de cette période, on peut commencer une nouvelle cure avec une autre plante si elle convient à la même affection.

 

Les plantes peuvent exister sous plusieurs formes : gélule, teinture-mère, extrait-fluide, fleurs, feuilles ou racines séchées (ou fraîches)… Les posologies sont à adapter pour chacune des plantes et selon chaques personnes au cas par cas. Par sécurité, ici nous allons privilégier les décoctions et infusions. Pour connaître la différence entre décoction, macération, infusion, lire l’article précédent ici.

 

Avant d’utiliser une plante, assurez-vous qu’elle puisse vous convenir. Si vous suivez un traitement ou si vous avez un problème de santé en particulier, demandez toujours l’avis à votre médecin.

 
 

BARDANE

 
gelule-bardaneLa bardane (Arctium Lappa) détoxifie en stimulant les fonctions éliminatrices du foie et des reins. Elle agit comme un bon dépuratif général et favorise l’élimination des éléments résiduels de l’organisme par les glandes sudoripares.

La racine de bardane possède aussi des propriétés hypoglycémiantes, sa richesse en inuline, un sucre dans l’organisme, se décompose en lévulose et non pas en glucose permettant sa consommation sans crainte par les diabétiques, car elle amène à une nette diminution de la glycémie.

 

Décoction :
40g de racines coupées, dans 1 litres d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 2 à 3 tasses par jour, en cure de 3 semaines (renouvelable).

 

Infusion :
Infuser 1 cuillère à café de racine séchée dans 1 tasse d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes.
Boire 3 tasses par jour.

 

PENSEE SAUVAGE

 
pensee_sauvage_1La pensée sauvage (Viola tricolor), est l’une des meilleures plantes dépuratives, à la fois laxative et diurétique. Elle favorise l’élimination rénale et la fonction biliaire. On l’utilise surtout contre toutes les maladies de peau : dartres, eczéma, herpès, acné, psoriasis.

La pensée sauvage contient des coumarines, des tanins, des caroténoïdes, des saponines, des flavonoïdes et des dérivés salicylés, éléments majeurs de son efficacité dans le traitement des problèmes cutanés. Amie de la peau, la pensée sauvage a une action purifiante, et freine la sécrétion sébacée. En synergie avec la bardane, elle a d’excellents résultats.

 

Décoction : 20 à 30g de la plante, dans 1 litre d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 2 à 3 tasses par jour dont une le matin à jeun, en cure de 3 semaines. Faire une pause de 10 jours, puis reprendre si nécessaire.

 

Infusion :
Infuser de 1 cuillère à café de la plante dans 1 tasse d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes. Boire 3 tasses par jour.

 

LES PLANTES AUXILIAIRES

 
Les plantes spécialisées principalement à lutter contre les problèmes de peau et de l’acné ne sont pas très nombreuses. Par contre il existe généralement des plantes auxiliaires favorisant l’élimination des toxines via le foie et la vésicule biliaire, action dite dépurative.

 

Car si le corps a un niveau élevé de toxines que ça soit dû à une mauvaise alimentation, polluant, excès de médicament, etc. alors le foie délaissera sa fonction d’élimination pour dévier les excès sur d’autres voies de désintoxication qui sont les poumons ou la peau. L’objectif étant d’éliminer en évitant ainsi toute accumulation dangereuse. Ce déséquilibre se répercutant sur la peau et sur l’acné.

 

Le foie joue également un rôle majeur dans la régulation hormonale, il permet d’éliminer des hormones naturelles excédentaires indésirables.

 

Certaines plantes obtiennent un rôle fondamental à un foie surchargé, dont quelques unes sont de grands classiques :

 

CHARDON-MARIE

 
Silybum marianum (milk thistle)Très connu les graines de chardon-marie (Silybum marianum), utilisées aujourd’hui de préférence sous forme de gélules ou de teinture, sont surtout un cholagogue et un décongestionnant hépatique remarquable. Elles protègent le foie et stimulent la régénération de ses cellules. La silymarine, est considérée comme la substance active qui fournit les effets thérapeutiques de la plante. La silymarine permettrait également d’empêcher une diminution de glutathion dans le foie. Celle-ci est nécessaire au foie pour l’aider à se débarrasser de substances dangereuses. La concentration en glutathion est réduite si le foie est endommagé. Le foie sera donc plus sensible à d’autres dégâts, ce qui fait du glutathion un élément indispensable pour la bonne santé du foie.

 

Infusion :
Infuser 3,5g de graines dans 1 tasse d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour, de préférence une demi-heure avant les repas.

 

RADIS NOIR

 
Schwarzer RettichLe radis noir (Raphanus sativus) est lui aussi cholérétique et cholagogue se montrant efficace pour soigner les troubles hépatiques.

Il possède des vertus reconnues notamment pour les personnes sujettes à des troubles digestifs ou hépatiques.

Elle stimule l’action de la bile dans son combat contre les déchets grâce à ses propriétés. Pour nettoyer le foie, on utilise généralement le jus du radis noir ou sa poudre de gélule.

 

Traditionnellement, c’est le jus (ou suc) de la racine, fraîchement pressé, qu’on emploie à des fins médicinales.

15 ml (1 c. à café) de jus de radis noir, de 2 à 6 fois par jour. Il est conseillé de ne pas prendre plus de 100 ml par jour.

 

Mais il existe aussi dans le commerce des extraits liquides, le plus souvent vendus en ampoules buvables.
 

ARTICHAUT

 
artichaut_marseille_yepnature.com_2_L’artichaut (Cynara scolymus) quand à lui, est devenu de nos jours une plante spécifique du foie. Il est à la fois cholérétique en stimulant la production de la bile, cholagogue facilitant son évacuation de la vésicule biliaire vers l’intestin, et diurétique augmentant le volume des urines.

Elles présentent également une action protectrice des cellules du foie contre les radicaux libres responsables du vieillissement. L’artichaut est précieux dans tous les troubles d’origine hépatique. Son emploi est devenu l’un des plus classiques.

 

Décoction :

30g de feuilles, dans 1 litre d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 3 tasses par jour.

 

Infusion :

Infuser, pendant 10 minutes, 2g de feuilles séchées dans une tasse d’eau bouillante. 3 tasses par jour.

 

Prévoir jusqu’à 6 semaines avant que les effets se fassent pleinement sentir.
 

ROMARIN

 
ROMARIN_OFFICINAL_2012_ALe romarin (Rosmarinus officinalis) est lui aussi un remède efficace pour les troubles du foie. Le romarin est particulièrement indiqué dans les engorgements du foie, l’insuffisance biliaire. Elle a une action stimulante sur la fonction biliaire et son effet tonifiant sur le foie le font apprécier dans de nombreuses affections accompagnées de crises douloureuses de type spasmes intestinaux, paresse d’estomac, surmenage physique et intellectuel, asthénie.

Elle favorise ainsi les fonctions hépatique, fluidifiant la bile et en augmentant sa quantité.

Une plante extrêmement facile à pousser dans son jardin ou sur un balcon !

 

Décoction :

20 à 30g de la plante, dans 1 litre d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 2 à 3 tasses par jour, en cure de 3 semaines.

 

Infusion :

Infuser, pendant 10 minutes, de 1 à 2 g de romarin séché dans une tasse d’eau bouillante. 2 à 3 tasses par jour.

 

FUMETERRE

 
fumeterre-officinale-visoflora-25514La fumeterre (Fumaria officinalis) présente des propriétés thérapeutiques très intéressante. La plante entière possède des propriétés dépuratives. Elle fait merveille dans les affections cutanées.

La plante est recommandée pour normaliser la sécrétion biliaire, en cas de constipation, et de spasmes biliaires douloureux. On l’emploie aussi pour atténuer les souffrances des migraines d’origine hépatique.

Des recherches sont en cours pour vérifier l’effet curatif sur le psoriasis sévère d’un extrait de fumeterre.

 

Décoction :

30 à 40g de la plante, dans 1 litre d’eau froide, faites chauffer et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez encore infuser 5 minutes puis filtrez. Boire 2 à 3 tasses par jour de préférence 1/2 heure avant les repas.
 

Infusion :
Infuser de 2 à 3g de la plante dans 1 tasse d’eau bouillante, pendant une dizaine de minutes. Boire 3 tasses par jour de préférence 1/2 heure avant les repas.

 

Et bien d’autres encore…

Phytothérapie, Tisane

Des tisanes pour tous

DES TISANES POUR TOUS


 

shutterstock_182245634Il suffit d’une casserole, d’une tasse et d’un filtre pour préparer n’importe quelle infusion, mais la qualité d’une « bonne » tisane doit préserver les principes actifs des plantes utilisées pour sa réalisation.

 

Cela dépendra de plusieurs facteurs qui doivent être tous réunis, sous peine de voir perdre très vite tous les atouts promis par la phytothérapie. En effet il ne suffit pas de verser un peu d’eau chaude sur quelques feuilles séchées pour obtenir des miracles.

 

La plante utilisée, qu’il s’agisse de fleurs, de feuilles, de bourgeons séchés, d’écorces, de racines, de tiges, etc., doit être récente, propre, sans poussières ni débris végétaux. On choisira évidemment des plantes dépourvues de pesticides et d’engrais chimiques. Cueillie fraîche ou séchée, la plante conserve toutes ses qualités. Les tiges, rhizomes et racines seront coupés en petits morceaux pour présenter davantage de surface à l’action dissolvante de l’eau chaude.

 

Confectionnées à partir de mélanges de plantes, certaines tisanes agissent d’une manière efficace sur les affections en conjuguant les effets bénéfiques de plusieurs substances.

 

Macération, décoction ou infusion ?

 

Macération, infusion ou décoction ont toutes les trois pour but d’extraire les principes actifs des végétaux. Ce sont par ailleurs des procédés courants en cuisine et qui ne présentent aucune difficulté de réalisation. Quelle que soit la préparation, le liquide obtenu est en général filtré avant d’être bu.

 

L’infusion que nous connaissons tous s’oppose à la décoction, dans laquelle le liquide est maintenu bouillant, et à la macération dans laquelle le liquide est froid. La décoction contient souvent une plus grande quantité de principes actifs de la plante que l’infusion.

 

  • La macération : Il s’agit d’extraire les principes actifs d’une plante en la laissant suffisamment longtemps dans un liquide froid, soit de l’eau ou parfois aussi du vin ou de l’alcool (macération alcoolique).
  • La décoction : C’est la méthode que l’on utilise de préférence pour extraire les substances d’une matière végétale plus dure que les feuilles ou les fleurs. Il s’agit alors de racines, de tiges, de graines, ou de baies, qui sont d’abord broyées ou coupées en petits morceaux, puis placées dans de l’eau froide ; le tout est porté à ébullition de 10 minutes à 1 heure avant d’être filtré.
  • L’infusion ou tisane : Il suffit de verser de l’eau bouillante sur des herbes, fraîches ou séchées, que l’on retire ensuite au moyen d’un filtre, qu’on laisse refroidir. Le temps d’infusion dépend de ses préférences personnelles.


En vrac ou en sachet ?

 

Tout dépend des envies de chacun, car si le sachet est un mode d’utilisation très pratique, le vrac apporte le plaisir d’observer la lente infusion des plantes dans l’eau bouillante et souvent de meilleure qualité et de saveur. Si vous choisissez le sachet, il faut veiller à ce que le contenu ne soit pas une poudre, parfois difficile à identifier. Alors qu’une tisane achetée chez un herboriste, mêle de véritables morceaux de feuilles, de racines ou de fleurs.

 

Quelques exemples de tisanes

 

gelule-bardaneLa racine de BARDANE : est excellente pour la peau, on peut la conseiller efficacement contre l’acné, en infusion à raison de 15g de racines pour 2 tasses par jour.

 

Les fleurs d’AUBEPINE : sont apaisantes et contribuent à calmer les palpitations cardiaques. Préparer une infusion à raison de 2 pincées par tasse d’eau chaude et boire 2 ou 3 tasses par jour.

 

Les feuilles d’HAMAMELIS : tonifient les vaisseaux sanguins, améliorent la circulation sanguine et soignent les hémorroïdes et les varices. Compter 1 pincée par tasse et suivre une cure à raison de 2 tasses par jour pendant 1 mois.

 

Les feuilles de FRENE : sont utiles en cas d’arthrose ou de goutte. C’est une cure antirhumatismal qui a fait ses preuves. On compte 2 pincées par tasse et l’on boit 3 tasses par jour pendant 2 mois.

 

Les feuilles de BOLDO : sont bénéfiques pour soulager différents troubles du foie. Verser 1 pincée dans une tasse d’eau chaude à boire avant le repas. La cure est à suivre pendant une vingtaine de jours.

 

MélisseLes feuilles et les fleurs de MELISSE : améliorent la digestion, mais réduisent aussi l’anxiété, la nervosité et les troubles du sommeil. Il faut préparer une infusion de 2 pincées par tasse et boire 3 ou 4 tasses par jour.

 

Les feuilles d’ORTIE : riches en minéraux aident à lutter contre la fatigue. Préparer une infusion de 2 pincées par tasse et suivre cette cure pendant 6 semaines.

 

Les feuilles et les fleurs de PASSIFLORE : sont connues pour leur pouvoir sédatif et calmant pour le système nerveux. L’infusion est très efficace pour favoriser l’endormissement, à raison d’une bonne pincée par tasse.

 

Les feuilles de PILOSELLE : sont drainantes, diurétiques et dépuratives, elles aident à lutter contre la cellulite, en préparant une infusion de 2 cuillerées à soupe par litre d’eau, à boire tout au long de la journée.

 

Les fleurs de la REINE-DES-PRES : constituent une sorte d’ « aspirine » végétale, anti-inflammatoire et antirhumatismale. Utiliser 1 pincée par tasse, en buvant 3 tasses par jour, en veillant à ne pas faire bouillir l’infusion, car le principe actif de la plante est très volatil.

 

Si vous suivez un traitement et que vous avez un doute d’une contre-indication en utilisant une plante, n’hésitez pas à demander à votre médecin, pharmacien, herboriste ou à m’envoyer un mail.