Browsing Category

Vitamines

Acné, Cheveux, Fatigue, Vitamines

Vitamine B5, la vitamine de la peau

VITAMINE B5 – Acide Pantothénique
La vitamine de la peau


 

1C’est LA vitamine des phanères, c’est à dire de la peau, des muqueuses, des cheveux et des ongles, et de la croissance des tissus en général.

 

Ses propriétés, hydratantes, sont utilisées en cosmétologie capillaire car la B5 accroît l’élasticité des cheveux et contribue à contrer leur chute.

Elle est également utilisée pour soigner l’acné et pour accélérer la guérison des lésions cutanées.

 

Précurseur et constituant du coenzyme A, la vitamine B5 favorise la croissance et la résistance de la peau et des muqueuses.

 

Elle lutte contre les infections en produisant des anticorps. Mais combat aussi le stress et la fatigue en favorisant la production d’énergie et en jouant un rôle dans le fonctionnement du système nerveux central. Elle joue un rôle vital dans le bon fonctionnement des surrénales, en stimulant le métabolisme surrénalien dans les états de fatigue.

 

La vitamine B5 est nécessaire au métabolisme des glucides, lipides et protéines et participe à la synthèse de certaines hormones. Elle participe aussi à la fertilité et à la longévité. Elle est essentielle pour transformer les gras et le glucose en énergie. Elle peut alors réduire le cholestérol et les triglycérides.

 

L’organisme synthétise l’acide pantothénique grâce à ses bactéries intestinales.

 

Les carences en vitamine B5 sont rares et généralement dû à une malnutrition ou malabsorption. Cependant, les déficiences légères peuvent causer plusieurs problèmes de santé.

 

Les ennemies de la vitamine B5 qui peuvent diminuer son absorption sont : la chaleur, les techniques de transformation des aliments, la mise en conserve, la caféine, les sulfamides, les somnifères, et l’alcool.

 
 

LES SYMPTOMES

 

  • Fatigue générale
  • Maladie de la peau : acné, cicatrice…
  • Nausée
  • Maux de tête
  • Fourmillement
  • Stress en forte augmentation
  • Irritabilité, dépression
  • Perte de cheveux
  • Dépigmentation de la peau
  • Allergie
  • Constipation
  • Hypoglycémie

 
La supplémentation peut être conseillée aux personnes souffrants de troubles cutanées (acné, plaie, brûlure, cicatrice, infection…), allergiques, aux personnes constipées, aux dépendants de café, alcool, tabac ou plats préparés pris sur du long terme.

 

Ainsi qu’aux périodes de stress, de fatigue chronique. Et aux personnes carencées en magnésium. Tout déficit en magnésium expose au déficit de l’ensemble des vitamines B. Aucune vitamine B n’agit « seule ».

 

Elle peut également améliorer les reflux gastriques combiné à la choline et à la thiamine (B1). Les traitements antibiotiques à répétition peuvent également entraîner une carence en vitamine B5.

 

 

DE LA VITAMINE B5 DANS L’ASSIETTE

 

On trouve la vitamine B5 dans la plupart des aliments d’origine animale et en quantités inférieures dans les aliments d’origine végétale. Les aliments les plus riches en B5 sont :

 

  • Jaune d’oeuf
  • Poisson, viande (foie, rognon)
  • Graines de tournesol
  • Avocat
  • Légumes verts : brocoli, choux fleur
  • Champignon
  • Tomates séchées
  • Ortie piquante
  • Levure de bière

 

On sait un peu moins que la gelée royale est l’un des produits naturels le plus riche qui soit en vitamine B5.

Alimentation, Vitamines

Où trouver les vitamines dans les aliments

OÙ TROUVER LES VITAMINES DANS NOS ALIMENTS

 
sans-titre

Se nourrir de vitamines naturelles

 

Les vitamines sont souvent associées au terme « fortifiant » ou « anti-fatigue ». Le rôle des vitamines est pourtant bien plus large ! Leur caractéristique première est de participer aux opérations biochimiques vitales, c’est à dire nécessaires à la vie.

 

Nos besoins quotidiens varient, selon le type de vitamines. On les trouve dans l’alimentation avant tout, et dans différents groupes d’aliments : viandes, poissons, oeuf, volailles, produits laitiers, céréales complètes, légumineuses, légumes, fruits, huiles végétales.

 

En revanche, d’autres aliments sont presque totalement dénués de vitamines. C’est le cas des aliments raffinés (pain blanc, pâtes blanches, riz blanc, lait écrémé), des aliments préparés sans précaution (trempage trop long, cuisson à l’eau), stérilisés ou irradiés.

shutterstock_137252678
 
La pire catégorie reste celle du sucre. Non seulement le sucre blanc sous toutes ses formes (bonbons, pâtisseries, sucreries diverses), n’apporte absolument aucun micronutriment, mais encore nous devons puiser dans notre stock de magnésium, de chrome et de vitamine B1 pour le digérer. Se sont alors des anti-aliments !

 

Là est toute la différence entre des aliments ressourçants nous permettant de nourrir nos cellules et notre corps – et les aliments de plaisir qui doivent être occasionnels.

Système immunitaire, Système musculaire, Système nerveux, Vitamines

La vitamine D

LA VITAMINE D


 

La vitamine D est souvent désignée comme la «vitamine du soleil» parce qu’elle est produite entre autres à partir de l’exposition de la peau aux ultraviolets (UVB).

 

Notre peau peut faire suffisamment de vitamine D en 30 minutes seulement en passant par le visage, les mains et les pieds exposés. L’exposition du corps entier pendant 15 minutes peut produire entre 10 000 à 20 000 UI (unités internationales) de vitamine D3.

 

Cependant, de nombreux facteurs influent sur ​​la capacité de notre corps à produire de la vitamine D : par la différence de teint, ou via l’utilisation de crème solaire, les nuages, l’heure d’exposition, l’âge de la personne, la latitude et la saison.

 

Par exemple, les personnes de teint plus foncé produisent moins de vitamine D que les personnes à la peau claire.

 

Ou bien l’utilisation d’un écran solaire est importante pour la prévention du cancer de la peau, mais malheureusement il a pour effet de bloquer la production de vitamine D arrêtant les rayons UVB avant d’atteindre notre peau.

 

Les nuages peuvent réduire l’énergie UVB de 50%. Les rayons UVB ne traversent pas le verre, l’exposition au soleil à l’intérieure ou dans une voiture ne favorise pas la production de vitamine D.

 

A mesure que nous vieillissons, la capacité de fabriquer de la vitamine D dans la peau diminue, et c’est l’une des raisons pour lesquelles les personnes âgées sont plus susceptibles d’avoir de faibles niveaux de vitamine D.

 

Quand à la latitude, au-dessus de 51°, le rayonnement solaire permet avec difficulté de synthétiser la vitamine D en hiver. Paris a une latitude Nord de 48°, variant de 8° entre Ajaccio et Dunkerque.

 

Ceci est dû à l’inclinaison des rayons du soleil par rapport à la Terre qui augmente dans l’hémisphère Nord. Le rayonnement solaire traverse plus obliquement la couche d’ozone avec une absorption des UVB qui est plus importante.

 

Il faut aller vers des latitudes plus basses, inférieures à 25° de latitude Nord, comme par exemple en Egypte, pour qu’il n’y ait plus de différence, aux heures les plus chaudes, entre l’exposition solaire aux UVB de l’été et de l’hiver.

 

LE ROLE DE LA VITAMINE D

 

La vitamine D permet la fixation du calcium sur les os et renforce la trame osseuse et le squelette. Elle aide aussi à fixer le phosphore, participant ainsi à la santé et à la croissance des dents et des os, prévenant l’ostéoporose et les fractures.

 

Nous avons besoin d’elle pour prévenir la faiblesse musculaire et bénéficier d’un système immunitaire efficace.

 

Notamment, elle améliore la santé du système nerveux et l’un de ses rôles moins connu est de participer à la régulation du rythme cardiaque et de prévenir certains cancers digestifs.

 

La vitamine D est stockée dans le foie, les muscles et les graisses. C’est pourquoi, à condition de s’exposer suffisamment au soleil, on considère que la peau fabrique assez de vitamine D au cours des mois d’été pour satisfaire à nos besoins pour le reste de l’année.

 

Cela dit, il est possible que le corps humain stocke la vitamine D pendant une durée de seulement 2 à 3 mois en moyenne.

 

Dans ce cas, pour les personnes à la peau foncée ainsi que celles qui ne sortent pas assez (bébés, malades, personnes âgées), ou bien qui ne s’exposent pas du tout, la vitamine D alimentaire est essentielle.

 

OU LA TROUVER ?

 

  • Jaune d’oeuf
  • Foie de morue
  • Poisson gras : maquereau, sardine, hareng, thon, saumon…
  • Fromage
  • Beurre de préférence cru
  • …et surtout dans les rayons du soleil !

Ces derniers permettent au cholestérol de la peau de se transformer en vitamine D.

 

Mais les apports de vitamine D par l’alimentation ont des limites dans la capacité d’absorption. Dans ce cas la supplémentation est nécessaire, surtout en hiver, voire toute l’année pour certaines personnes facilement carencées.

 

Il est préférable de choisir de la vitamine D3, d’origine animale, plutôt que de la D2, d’origine végétale pour la raison qu’1UI de vitamine D2 n’équivaut pas à 1UI de vitamine D3 et qu’il faut prendre plus de vitamine D2 pour augmenter le taux sanguin de vitamine D de façon comparable.

 

La vitamine D2 se fixe également moins bien sur le système de transport de la vitamine D et elle est détruite plus rapidement. Au passage au niveau du foie, la vitamine D3 est cinq fois mieux transformée que de la D2.

 

Ainsi notre corps peut utiliser la vitamine D2 en petites quantités mais il utilise beaucoup mieux la vitamine D3.

 

La vitamine D3 : cholécalciférole ou colécalciférol est issue de lanoline, substance naturelle de la laine.

La vitamine D2 : ergocalciférol, provient de l’exposition aux rayons UVB de l’ergostérol, qui est un champignon parasite du seigle.