Alimentation, Système digestif

La constipation

LA CONSTIPATION


 

shutterstock_282185156L’état de santé passe par un bon appétit, un bon sommeil, une bonne fonction rénale, une bonne immunité… et par un bon transit !

 

En France on considère que la constipation touche 20 à 30% de la population, dont 80% de femmes, et 5% de cette population est touchée par une constipation chronique.

 

Lorsqu’on demande à des personnes qui ne se plaignent pas de constipation « combien de fois par semaine allez-vous à la selle », la réponse est souvent la même : « euh… je ne sais pas… deux, peut-être trois…».

 

Il en va tout autrement aux victimes de côlon douloureux qui savent parfaitement à quel moment « ça » s’est passé, comment c’était, de quelle couleur, etc.

 

La constipation s’accompagne régulièrement de ballonnements, spasmes intestinaux, flatulences, etc. Nous parlons du syndrome de l’intestin irritable ici.

 

Les conseils dépendent toujours de la cause, de la sévérité et de la durée de la constipation, cela dit, voici quelques recommandations qui peuvent être intéressantes à vérifier :

 
 

LES FIBRES

shutterstock_190259585

Les fibres produisent un effet ballast bien connu ; elles gonflent et donnent assez de consistances au bol fécal pour qu’il puisse progresser dans le côlon. Elles sont également bénéfiques pour apporter certaines enzymes digestives et un effet prébiotique.

 

La majorité des gens ne consomment que dix à quinze grammes de fibres par jour alors que la consommation recommandée est d’environ vingt à trente-cinq grammes par jour. Ainsi s’assurer de la présence de fibres végétales au moins à deux ou trois repas + deux en-cas de fruits.

Et de varier avec les légumineuses (haricot blancs ou rouges, lentille, fèves, pois cassé…), les céréales complètes (sarrasin, quinoa, avoine…), les graines complètes, et graines germées.

 

Possibilité d’ajouter du son aux soupes, salades, yaourts, compotes…

Consommer plus de légumes crus.

Consommer les fruits et les légumes avec les pelures (après les avoir lavés et de s’assurer qu’ils sont exempts de pesticides ou autres traitements).

 

N’introduisez pas trop rapidement et à des quantités importantes les fibres dans l’alimentation. Il faut que cela se fasse progressivement pour éviter d’avoir des problèmes digestifs. C’est à vous d’écouter votre système digestif et de savoir quelle quantité de crudités vous pouvez consommer par jour sans avoir de désagréments.

 

BON A SAVOIR

Comment savoir si une farine est complète ou non ? La farine la plus complète est la T150, il s’agit du pain noir. La farine blanche utilisée pour la baguette traditionnelle est une farine T50 ou T55. Le pain complet est régulièrement préparé avec une farine T80 ou T85 (c’est en fait une farine semi-complète en comparaison de la T150). Ainsi, plus le chiffre est élevé et plus la farine contient des fibres. A l’inverse, plus le chiffre est faible et moins la farine est complète.

     

       

    • POUR LES INTESTINS FRAGILES, prudence avec les fibres insolubles et les crudités.

Il existe deux types de fibres :

  1. les fibres solubles que l’on trouve dans les légumes et les fruits, elles sont douces et sources de moins d’intolérances que les fibres insolubles.
  2. les fibres insolubles sont présentes dans les céréales complètes (pain complet, riz complet…), elles se gonflent facilement d’eau et augmente le volume du bol alimentaire. Cependant elles sont aussi la source d’intolérances intestinales qui occasionnent des flatulences et parfois colites.

Il existe également le régime Fodmap répertoriant les aliments plus fermentescibles que d’autres, cela peut être d’une grande aide. On en parle ici.

 

Pour une meilleure tolérance des légumineuses, graines et noix, trempez-les ! On en parle ici.

 

Evitez les fruits crus en fin de repas si vous avez une digestion fragile et tendance aux flatulences. Préférez alors les fruits cuits (compote). Mangez les fruits cru de préférence en dehors des repas, en collation.

 

Préférez les fruits mûrs qui sont plus digestes et plus laxatifs. Les fruits les plus laxatifs étant : pruneaux, abricots secs, kiwi, poire, melon, cerise… parfois trop irritant pour les intestins fragiles.

 
 

HYDRATATION

 

shutterstock_246850984La prise de liquide permet une dilution de la masse de selles dans le côlon. Les selles deviennent alors plus molles et plus faciles. On conseille en général un apport hydrique quotidien de 1,5 litre par jour et plus lors des températures élevées, hors tisanes, thés, café, apéritif, etc…

 

N’attendez pas d’avoir soif !

 

Pour les estomacs fragiles, préférez de boire entre les repas, et pas beaucoup pendant le repas.

 

Aux repas, on peut préférer les eaux gazeuses qui apportent une bonne dose de bicarbonate qui favorise la digestion. Cependant à éviter entre les repas ou prise en seule consommation.

 
 

EVITER LES ALIMENTS CONSTIPANTS

 

shutterstock_118369018Pas de surprise on parle toujours des mêmes aliments comme le riz blanc, les pâtes blanches ou autres céréales raffinées qui ne sont pas favorables au transit. Le chocolat surtout le chocolat au lait, il vaut mieux privilégier le chocolat noir à plus de 70%. Mais malheureusement, certaines personnes sont également sensibles à ce type de chocolat.

Surveillez vos symptômes !

 

Les mauvaises graisses et surtout les graisses cuites (sauces, fritures) ou les fromages qui peuvent avoir cet effet défavorable sur notre transit. Privilégiez une cuisson douce à la vapeur par exemple et ajoutez ensuite une huile de qualité sur vos aliments.

 

Les biscuits et les pâtisseries dû à leurs farines raffinées et graisses de mauvaises qualité. Choisir des desserts à base de grains entiers : muffins au son, biscuits au gruau ou aux figues, carrés aux dattes, etc.

 

Et bien sûre sans oublier, toutes les sucreries, bonbons, junk food… qui paraissent évidentes.

 
 

MANGEZ DES BONNES MATIERES GRASSES 

 

shutterstock_157695506La qualité des huiles et la quantité absorbée peuvent aider à rétablir un bon transit. L’équilibre en acides gras est déterminant pour la protection de nos membranes cellulaires (coeur, cerveau). Les bonnes graisses favorisent un transit harmonieux.

 

Poissons gras tels que sardine, saumon, maquereau, thon, etc. et les huiles vierges de première pression à froid d’olive, de colza, de lin, de noix, graines de noix, de lin… Justement cette dernière contient aussi des fibres qui améliore le transit. La graine de chia a également cette efficacité.

 

En pratique, on fait tremper les graines de lin toute une nuit dans un verre d’eau. Les graines vont ramollir et le lendemain matin, on peut boire les graines. La texture sera gélatineuse et parfois difficile. Dans ce cas, on va préférer les mixer avec un moulin à café ou herbes. On pourra les incorporer par la suite dans un yaourt, une compote…

 

Il est également possible de prendre ses graines la vieille au soir pour une efficacité au matin.

Augmenter la dose très progressivement par cuillère à café pour vérifier votre tolérance.

 

Pour les intestins fragiles qui peuvent ressentir des désagréments avec les graines, il existe le psyllium. Il est préférable de commencer par une petite dose et d’augmenter jusqu’à obtenir l’effet désiré. Ainsi on obtiendra le dosage parfait adapté pour nous seulement. Il peut être nécessaire de poursuivre le traitement pendant 2 à 3 jours, ou de le prendre ponctuellement ou sur un plus long terme. Il existe la poudre de psyllium et les téguments de psyllium, pour les plus fragiles, toujours choisir la poudre de psyllium qui sera moins irritante. Lorsqu’on prend du psyllium, il est important de boire beaucoup d’eau en même temps que la prise et ne jamais attendre que le psyllium se gélifie dans le verre.

 

 

ET LES PLANTES ?

 

A côté des plantes mucilagineuses, nous avons d’autres plantes qui peuvent aider à réguler le transit. D’une part, il existe des plantes qui ont une action digestive : mauve, mélisse, angélique, fenouil, cumin, cannelle…

 

D’autre part, beaucoup de plantes favorisent le bon fonctionnement du foie et de la vésicule biliaire qui doivent souvent être stimulés en cas de constipation : artichaut, romarin, boldo, pissenlit, radis noir, fumeterre…

 

On peut les consommer dans l’alimentation, en tisane ou les prendre en complément alimentaire.

 

Eviter les plantes drastiques telles que séné, huile de ricin… beaucoup trop irritantes.

 

Il existe des plantes laxatives, mais certaines d’entres elles peuvent s’avérer trop agressive, ainsi il vaut mieux que cela soit adapté au cas par cas. Avant tout, il est important de vérifier son alimentation et son hygiène de vie.

 
 

SAVOIR BOUGER

 

shutterstock_331278383La position assise « avachie » surtout après les repas ne favorise pas la motricité intestinale, les gaz « montent » et bloquent le colon transverse provoquant des douleurs en barre sous le diaphragme et parfois des reflux.

 

Ainsi l’exercice physique quotidien est extrêmement important. Cela dynamise le péristaltisme, évite les stases digestives et tonifie la musculature.  Le fait de marcher plus souvent et tous les jours est déjà une bonne chose, mais prévoyez des plages horaires spécialement pour bouger : yoga, danse, gymnastique, musculation… Attention simplement aux sports trop intensifs et surtout à ceux qui vous obligent à vous plier en deux de façon répétitif pouvant avoir un effet inverse.

 
 

LE STRESS ET LA MAUVAISE GESTION DES EMOTIONS

 

Les gens émotifs, stressés, anxieux, perfectionnistes présenteront souvent des troubles du transit à type de constipation spasmodique ou d’alternance diarrhée / constipation. Quand on dit que tel évènement « nous prend aux tripes », l’image est très parlante. Notre intestin est contrôlé en grande partie par notre système neuro-végétatif. Ce système nerveux particulier est très lié à nos émotions. Dernièrement on dit que notre intestin est appelé notre deuxième cerveau.

 

Toutes les techniques de relaxation comme la respiration, la sophrologie, le yoga, l’acupuncture, ect. pourront également être utile pour les constipés stressés.

 

En complément, le magnésium peut être un deux en un. Il s’agit d’un excellent outil favorisant à la fois le transit intestinal et la gestion du stress. Il est antispasmodique et relaxant.

 
 

UN RYTHME DE VIE DESEQUILIBRE 

 

La régularité du transit dépend de plusieurs facteurs, et en particulier de notre « horloge interne ». C’est pourquoi, les « constipés » le sont parfois moins en vacances (à condition qu’ils soient chez eux) ou le week-end.

 

Si on prend le temps de manger à des heures qui nous correspondent et que, surtout, on prend le temps d’aller à la selle au moment où l’on en a un peu envie, le transit sera bien plus facile. Mais le monde moderne nous impose son rythme et il ne convient pas à tous. La pire des choses pour une personne constipée est de ne pas écouter son corps et de laisser passer le moment où l’envie d’aller à la selle se fait sentir. Alors, si vous avez un transit lent, pensez à prendre le temps de vous écouter !

 
 

BON A SAVOIR

Attention aux médicaments constipants ralentissant les mouvements de l’intestin tels que les médicaments contre la douleur, antiacides (à base d’aluminium), antispasmodiques, antidépresseurs, suppléments de fer et de calcium, anticonvulsivants, antihistaminiques, etc. Toujours vérifier les effets indésirables possibles et demander l’avis à votre médecin.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

WordPress spam blocked by CleanTalk.