Browsing Tag

Fibromyalgie

Fibromyalgie, Système musculaire

La fibromyalgie

LA FIBROMYALGIE



shutterstock_181674926La fibromyalgie, même si elle est aujourd’hui reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé, ne bénéficie pas d’éléments biologiques ou radiologiques permettant un diagnostic sans équivoque. Les fibromyalgiques peinent encore à se faire reconnaître en tant que malades.

 

Pour faire le diagnostic, il y a deux types de critères. Des douleurs diffuses qui doivent toucher les 4 quadrants du corps (le côté droit et le côté gauche, en dessus et en dessous de la ceinture). Ainsi que la palpation de points douloureux spécifiques, au moins 11 sur les 18 points officiellement répertoriés. Un autre symptôme fréquent est la raideur de la plante des pieds.

 

Un certain nombre de ces points sont très sensibles et même douloureux au palper. Ces points douloureux doivent être présents depuis au moins 3 mois pour que le diagnostic soit valable.

 

Les douleurs peuvent fluctuer en intensité dans le temps, mais elles ne disparaissent jamais totalement. Elles sont plus fortes le matin, lors des changements de temps et pendant les épisodes d’anxiété et de stress.

 

Lorsque les personnes atteintes de fibromyalgie restent un moment immobiles (au cinéma, lors d’une réunion, lors d’un repas…), leurs muscles deviennent durs et douloureux. La mise en mouvement matinale est toujours pénible car les muscles sont raides et douloureux.

 

En plus des critères diagnostics qui sont communs à l’affection, un certain nombre de symptômes se rencontre fréquemment et se surajoute aux douleurs de la maladie. La fréquence est variable d’un individu à l’autre :

 

  • faiblesse généralisée, douleurs musculaires diffuses, douleurs articulaires
  • perturbation du sommeil, problème d’endormissement, réveils fréquents au cours de la nuit
  • fatigue matinale et au cours de la journée
  • raideurs matinales généralement brèves
  • céphalées
  • dysménorrhée
  • colite, côlon irritable
  • sensation d’endormissement d’un membre, sensation de tuméfaction
  • états fébriles
  • sécheresses oculaires
  • problème psychiques divers : anxiété, dépression
  • baisse de la mémoire, mauvaise concentration
  • syndrome d’impatience des membres inférieurs

 

A chaque symptôme son rééquilibrage. C’est pourquoi, il serait impossible de lister toutes les solutions naturelles possibles liées à la fibromyalgie. Cependant avoir une bonne hygiène de vie est primordiale pour améliorer son état de santé quel qu’il soit.

 
 

L’IMPORTANCE D’UNE BONNE ALIMENTATION


shutterstock_146376080On ne le dira jamais assez, l’alimentation peut avoir une réelle incidence sur les symptômes de la maladie. Il est important de mettre en place diverses recommandations alimentaires afin d’aider au soulagement de ces symptômes.

 

  • Avoir une alimentation parfaitement saine et équilibrée.
  • Bien mastiquer les aliments et manger lentement afin de faciliter la digestion.
  • Privilégier la consommation d’aliments naturels, non industriels et de culture biologique.
  • Eviter les additifs alimentaires, les conservateurs, les édulcorants, les nitrites, les sulfites.
  • Eviter particulièrement le glutamate. On en parle ici.
  • Fuir les aliments des fast-foods, plats préparés les boissons gazeuses et sucrées.
  • Eviter les fritures, même faites maison.
  • Eviter les sucres raffinés : pâte blanche, pain blanc, pâtisserie, biscuit, gâteau…
  • Cuire les aliments à la vapeur, au four et à la plancha.
  • Boire au moins 1,5 litre d’eau par jour.
  • Avoir une alimentation alcalinisante, surtout le soir.
  • Eviter tout aliment contenant des graisses trans, et dîtes oui aux oméga 3 : oléagineux, graines, olives, huile végétale de première pression à froid…
  • Tester un régime sans produits laitiers d’origine animale, en cas d’intolérance.
  • Tester un régime sans gluten.
  • Supprimer le café, et le thé (sauf thé vert).
  • Modérer la consommation d’alcool.
  • Manger plus de fruits et de légumes.
  • Choisir des bonnes sources de protéines et de les varier : viande, poisson, oeuf, légumineuses…
  • Consommer des aliments riches en fibres, par exemple : céréales complètes, légumineuses, légumes verts, etc.

 
 

shutterstock_276771497GERER SON STRESS

 

Les personnes atteintes de fibromyalgie sont souvent dans un état de stress quasi permanent qui amplifie leurs symptômes. Certaines en sont conscientes et ne savent pas quoi faire. Parfois cet état de stress est tellement installé qu’elles ne « sentent » même plus sa présence. Il est alors primordiale de libérer le stress accumulé.

 
 

AMELIORER SON SOMMEIL

 

En pratique, la prise en charge des troubles du sommeil devrait faire partie intégrante du traitement de la fibromyalgie. Si les troubles du sommeil s’atténuent, les symptômes douloureux de la fibromyalgie auront plus de change de diminuer. Il est prouvé qu’il vaut mieux éviter les décalages horaires allant à l’encontre du soleil, c’est à dire se coucher tard, se lever tard alors que le soleil fait l’inverse. Nous sommes fait pour vivre le jour et non la nuit.

 
 

FUIR LA DEPRESSION

 

La dépression s’explique par la baisse de l’énergie disponible pour les neurones. Le cerveau consomme 20 à 30% de l’énergie du corps (oxygène et glucose). La fatigue retentit donc sur l’humeur, la capacité d’adaptation, le stress, le surmenage, l’anxiété… Pour connaître les solutions, on en parle ici.

 
 

REGULER SON TAUX DE CORTISOL

 

La sécrétion de cortisol varie selon les individus. Une personne peut sécréter des niveaux plus élevés de cortisol que d’autres dans la même situation. Cela dévient nuisible lorsque nous développons une résistance surrénale, soit un rythme de cortisol perturbé entraînant des multitudes de troubles annexes similaires à la fibromyalgie : stress, dépression, anxiété, irritabilité, fatigue, insomnie, faiblesse immunitaire, fertilité, hormonaux, nerveux, musculaire… On en parle plus en détails ici.

 
 

LA RESPIRATION

 

Lorsque nous inspirons, l’air entre dans nos bronches et dans nos poumons. A ce niveau se produit l’oxygénation de notre sang qui, en circulant dans notre corps, va apporter de l’énergie à chacune de nos cellules : au niveau de nos muscles, nos organes, notre cerveau, etc.

La respiration est un processus automatique qui n’a pas besoin de notre intervention pour fonctionner me direz-vous. Et pourtant, bien souvent, notre respiration « se bloque » et perd de son amplitude. L’objectif est de libérer le diaphragme de ses tensions et de remettre en route le système respiratoire libre de toute émotion et de stress.

 
 

FAITES-VOUS PLAISIR

 

Que ça soit par des activités créatives, un peu de méditation, de yoga, une randonnée à pied, rester assis paisiblement, prendre un bain, écouter de la musique. Prenez un temps déterminé rien que pour vous. Ce temps vous appartiendra. Aussi, si vous décidez de vous relaxer, faites-en un choix positif et ménagez-vous un moment pour demeurer seul et tranquille chaque jour.

Apprenez comment on se sent à vivre le moment présent. Quand vous vous brossez les dents, que vous prenez une douche ou un bain, faites-le lentement ; concentrez-vous sur ce que vous faites et saisissez l’occasion de « connaître votre corps » et son fonctionnement. Vos muscles sont-ils détendus ? Comment est votre respiration ? Comment vous sentez-vous ? etc.