Browsing Tag

petit déjeuner

Alimentation, Recette, Régime GAPS

Le Miam-Ô-Fruit

LE MIAM-Ô-FRUIT


 

A déguster au petit-déjeuner ou au goûter… au quotidien ou bien de temps en temps…

 

INGREDIENTS :

 

  • 1/2 banane écrasée à la fourchette jusqu’à la rendre liquide et légèrement brune
  • 2 cuillers à soupe d’huile de colza bio ou une cuiller à café d’huile de lin + une cuiller à soupe d’huile de sésame crue non toastée. On émulsionne l’huile dans la banane, on ne doit plus voir l’huile.
  • 1 cuiller à soupe rase de graines de lin broyées finement
  • 1 cuiller à soupe rase de graines de sésame broyées finement
  • 1 cuiller à soupe d’un mélange de 3 autres graines broyées (cajou, arachide, noix, noisette, tournesol, pépin de courge, etc. au choix)
  • 2 cuillers à café de jus de citron frais
  • Plusieurs fruits ou morceaux de fruits différents, au minimum 3 coupés en petits morceaux : pomme, poire, kiwi, papaye, mangue, litchi, longane, ramboutan, ananas, fraise, framboise, fruit de la passion, fruit du dragon, groseille, prune, mirabelle, pêche, abricot, mûre, airelle, corossol, pomme cannelle, etc….selon la saison et le lieu.

 

RESPECTER LES QUANTITES ET LA PREPARATION

 

Il faut bien respecter les quantités et ce qui est autorisés, ne pas diminuer ni augmenter. Par exemple, si vous augmentiez la quantité de banane, vous auriez faim très vite ensuite, et celle de graines irriterait l’intestin. Il ne faut pas prendre non plus les graines entières ou mal broyés, car elles ne seront pas absorbées. Le jus de citron est à ajouter et à mélanger avant les fruits, pas après ! Tout ajout compliquerait beaucoup la digestion et le travail du cerveau.

 

CE QUE L’ON NE MET PAS

 

On ne met pas de fruits séchés, ils sont cuits au soleil.

On ne met pas non plus d’agrumes, orange, mandarine, pamplemousse, clémentine, ni melon ni pastèque. Ces fruits sont à digestion trop rapide, ils doivent être consommés à part.

 

A MASTIQUER

 

Si on ne mastique pas suffisamment le miam-o-fruit, le ventre gonfle, on a des ballonnements, le pauvre estomac qui aurait dû se vider en une heure et demie va travailler au moins trois heures. La salive n’ayant pas eu le temps de basifier tous les fruits, l’estomac souffrira de remontées acides entre autre.

Notamment la faim qui reviendra très vite si l’on ne mastique pas.

Selon France Guillain, il faut compter entre 30 et 40 minutes par petites bouchées en mastiquant !

 

Pourquoi 1/2 banane écrasée ?shutterstock_211941100

 

La banane devenue presque liquide va permettre de se transformer en amidon en protéines végétales. On peut même l’écraser la veille, elle brunit tellement qu’elle devient foncée. A ce stade, elle répare la flore intestinale et devient très digeste. Cette purée homogène sert à émulsionner l’huile de colza qui va être amené plus facilement jusqu’à l’intestin.

 

Et si je n’aime pas la banane ?

 

Il est possible d’utiliser quelques abricots secs (bio). On les fait tremper toute la nuit, puis on les réduit en purée. C’est le seul autre fruit possible, en dehors de la banane.

 

Pourquoi de l’huile de colza ?

 

L’huile de colza (canola) est une source d’acide alpha-linolénique (AAL), un acide gras de la famille des oméga-3, à chaîne courte. L’AAL ne peut pas être fabriqué par l’organisme : on le dit « essentiel » car il doit nécessairement être fourni par l’alimentation.

A conserver à l’abri de la lumière, pas plus de 18°C ou au réfrigérateur, même si la bouteille n’a pas encore été ouverte.

Dans l’idéal : la date de pression indiquée sur la bouteille ne doit pas excéder un an, le mieux étant trois mois.

 

Pourquoi des graines ?

 

Tout comme l’huile de colza, les graines de lin renferme une grande quantité d’acide alpha-linolénique (AAL), un acide gras oméga-3 à chaîne courte.

Quand aux graines de sésames, elles sont très riche en minéraux. Il s’agit d’une excellente source de calcium, de phosphore, de magnésium, de fer, de zinc…

Ces graines ne sont pas mises à tremper afin de profiter au maximum de l’huile contenue dans les graines. Or le trempage va réduire la présence de ses bonnes huiles.

Attention, il ne faut pas en broyer une trop grande quantité d’avance car elles doivent absolument être consommées avant la fin de la semaine. A conserver à l’abri de la lumière, au réfrigérateur, dans un pot hermétique.

Comment les broyer ? Avec un moulin à épices ou à café ou encore le hachoir à herbes. Sinon, c’est à l’ancienne, avec le pilon ou le mortier.

 

Pourquoi du jus de citron ?

 

La richesse en vitamine C du jus de citron permet le travail de l’huile.

A noter qu’il ne s’agit pas de citron en bouteille mais bien de citron pressé !

Le jus de citron est à ajouter et à mélanger avant les fruits, pas après !

 

 

Source : livre le Miam-O-Fruit de France Guillain – éditions du Rocher