La science avance, Système digestif

American Gut Project

LE PROJET « AMERICAN GUT »


 

20160404_155442Imaginons dans un avenir très lointain une carte d’identification personnelle de sa flore intestinale.

 

Même pas en rêve ? Pas si sûre ! C’est l’objectif du projet American Gut, lancé par Jeff Leach, le 22 novembre 2012, jour de Thanksgiving – jour de l’année où les intestins sont fortement sollicités. Ils sont drôles ces chercheurs !
 
En association avec le Food Project Human, les chercheurs de l’Université du Colorado et en collaboration avec d’autres chercheurs du monde entier, lancent un projet connu sous le nom de « American Gut ».
 
Nous sommes aujourd’hui en 2016, soit 4 ans plus tard, mais ce n’est pas trop tard pour y participer.
 
Et oui, la meilleure nouvelle est que vous pouvez y participer !
 
Cette recherche est ouverte au grand public, de tous les pays du monde.
 
Contrairement à d’autres projets qui ont porté sur des sujets d’essai soigneusement choisis avec quelques centaines de personnes, ce projet permet à quiconque de participer. Quel que soit votre âge, votre sexe, votre nationalité, votre culture… que vous vivez aux Etats-Unis ou en Italie ou au Japon, tous le monde peut y participer.
 
Autre point très important et innovateur de ce projet, il est libre d’accès. A la différence d’une étude traditionnelle, dont les données sont inaccessibles durant des années, jusqu’à ce qu’un article paraisse dans une revue scientifique, les résultats des travaux sont immédiatement publiés et peuvent être croisés avec d’autres expérimentations.
 
C’est à dire qu’il est possible d’obtenir ses propres données en ligne, tels qu’une analyse médicale du laboratoire de quartier.
 
Ainsi les participants peuvent découvrir leurs hôtes intérieurs qui partagent leurs vies dans leurs intestins et de savoir quelles bactéries sont les plus dominantes, dans quels buts, et de comparer sa flore avec d’autres participants dans le monde entier.
 
A savoir également, le projet de American Gut ne demande pas seulement des échantillons, mais demande aussi un questionnaire personnel sur son hygiène de vie et le régime alimentaire suivi, que vous soyez végétarien, végétalien, crudivore, frugivore, suivant un régime paléo, cétogène, etc. Peu importe les croyances, les maladies, les intolérances alimentaires, etc, les chercheurs essayeront de découvrir comment notre régime alimentaire et notre mode de vie façonnent notre flore intestinale.

 

descimage8Bien sûre, rien est gratuit, pour participer à cette recherche, il faut débourser 99$ (en France les frais de port en envoi express FedEx sont à ajouter, soit environ 25$). Par la suite, un kit sera envoyé permettant de prélever les matières fécales et/ou test par voie oral ou cutanée. A retourner en envoi express à l’adresse mentionnée. Puis les résultats seront envoyés sous format pdf, excel et disponible sur la plateforme du site.

 

Il faut par contre signaler que si vous souffrez de maladies ou divers symptômes et que vous souhaitez participer à cette recherche dans l’objectif de mieux comprendre votre flore intestinale et de vous soigner en conséquence, sachez qu’il vous sera très difficile et que vous risquez de perdre votre argent.

 

Vous allez vite comprendre, voici une copie écran des données que vous pourriez recevoir dont les différentes bactéries présentes dans votre flore, celles qui sont les plus abondantes et ce qu’elles font.

 

Screen-Shot-2014-03-19-at-11.28.19-AM

 

Sans titre

 

Par la suite, il faut savoir interpréter ses résultats, et connaître toutes ses bactéries pour en savoir plus sur votre flore intestinale, et surtout savoir quoi en faire. Les chercheurs du projet American Gut ne vous donneront pas de conseils, cela s’arrête à l’analyse.

 

Par exemple, ceux qui se plaignent de ballonnements et se rassasient vite à l’heure des repas hébergent des plus grandes quantités de Cyanobactéries tandis que ceux qu’assaillent des fortes douleurs abritent surtout des Proteobactéries. Et cette flore intestinale peut se modifier selon l’évolution de votre alimentation et hygiène de vie.

 

Donc, si vous partez sur le principe de découvrir si vous souffrez de dysbiose, de candida, de sibo, etc. dans ce cas, j’ai bien peur que vous soyez déçu. Vous n’aurez sans doute pas les résultats escomptés.

 

Mais si vous souhaitez que les recherches sur le microbiote évoluent et que vous souhaitez participer à cette recherche qui est libre d’accès, dans ce cas, pourquoi pas ! Quelle bonne opportunité ! Elles sont tellement rares !

 

De découverte en découverte, les chercheurs se regroupent pour approfondir nos connaissances du fonctionnement de notre corps et de notre esprit. Plus les recherches avancent, plus nous en savons sur le microbiote humain.

 

A peine savions-nous que le nombre de cellules microbiennes est supérieur au nombre de cellules humaines que nous découvrions, d’une part, que le nombre de gènes microbiens est lui aussi de beaucoup supérieur au nombre de gènes humains et, d’autre part, que le microbiote pourrait bientôt nous permettre de percer nombre de mystères liés à la santé et à la maladie.

 

Il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais en attendant les recherches sont là et on avance.

 

Le site du projet American Gut c’est par ici.
Pour en savoir plus, et avoir plus de détails c’est ici.

 

Si vous avez participé à cette recherche ou comptez le faire dans l’avenir, partagez votre expérience avec nous !

 

Qu’en pensez-vous ?

 


 

MAJ : Un autre groupe de chercheur a lancé un projet identique : uBiome.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

WordPress spam blocked by CleanTalk.