Tabac

Tabagisme & Sevrage du tabac

TABAGISME

&

SEVRAGE DU TABAC


 

Le tabac tue. On le sait, on le répète, et pourtant, les gens continuent à fumer.

 

Le tabac est extraordinairement néfaste pour tout le corps, et pas seulement pour les poumons. Il augmente à peu près tous les risques possibles et imaginables (ceux de subir un cancer, une attaque cardiaque, un accident vasculaire cérébral, une infertilité, une grossesse à risque, des troubles urinaires, une accélération vertigineuse du vieillissement, etc.)

 

Les méfaits du tabac sont aussi violents à l’extérieur (rides, peau sèche…) qu’à l’intérieur.

 

Il faut dire que chaque cigarette apporte généreusement 1 million de milliards de radicaux libres par bouffées : un score époustouflant. Aucun autre poison ne ferait mieux.

 

Mais on ne va pas faire la liste de tous les méfaits du tabac : ce serait fastidieux.

 

Sachez que si vous arrêtez de fumer depuis…

 

  • 20 minutes : votre pression sanguine et vos pulsations cardiaques sont redevenues normales,
  • 8 heures : l’oxygénation de vos cellules est redevenue normale,
  • 24 heures : le monoxyde de carbone est totalement éliminé de votre organisme,
  • 48h : la nicotine est totalement éliminée de votre organisme,
  • 3 à 9 mois : votre capacité respiratoire augmente de 10%,
  • 1 an : le risque d’accident vasculaire cérébral chute pour redevenir celui d’un non-fumeur,
  • 5 ans : le risque de crise cardiaque chute,
  • 10 ans : le risque de cancer du poumon chute.

Ces données sont bien sûre fluctuantes selon son hygiène de vie, son alimentation, sensibilité particulière, etc.

 
 

IMPORTANT : Les fumeurs et ex-fumeurs ne prenez pas de compléments à base de bêta-carotène.
Une analyse de plusieurs publications scientifiques réalisée en 2008 apporte la preuve que, non seulement un apport prolongé en bêta-carotène ne protège pas du cancer de la peau mais, plus grave, qu’il favorise la survenue du cancer du poumon chez les fumeurs et ex-fumeurs.

 
 

Pire chez les femmes

 

shutterstock_300405080Fumer est nocif quel que soit l’âge et le sexe. Mais les symptômes et les risques sont sans doute encore pire chez les femmes. Le tabac déséquilibre toutes les hormones, surtout les oestrogènes, responsable de l’ovulation, du développement pubertaire, de la santé des organes génitaux, des seins, des os, de la circulation sanguine, de l’intégrité cardiaque et de l’état de la peau.

 

Le tabac favorise la formation de caillots et d’accidents circulatoires, surtout si l’on prend la pilule.

 

Les fumeuses mettent 4 fois plus de temps à être enceinte que les non-fumeuses. Lorsque le bébé est « en route », le risque de faire une grossesse extra-utérine est multiplié par 1,5, celui des fausses couches par 3, celui d’accoucher prématurément et de mettre au monde un bébé d’un poids inférieur à la normale par 2. Si les 2 parents fument pendant les 9 mois, le risque de mort subite du nourrisson est augmenté.

 

Après 40 ans, fumer expose clairement aux maladies cardio-vasculaires. On risque 10 fois plus de faire un infarctus et 22 fois plus de faire une attaque cérébrale si on fume et qu’on est sous pilule.

 

La tabac avance jusqu’à 3 ans l’âge de la ménopause et augmente les risques d’ostéoporose, donc de fractures.

 
 

Quelques aides…

 

Pour les personnes qui fument, vous savez très bien qu’il faut arrêter de fumer. Mais bien sûre si cela serait aussi simple, cela se saurait…

 

Pour vous aider et soutenir votre motivation, certaines solutions peuvent vous aider à passer le cap en douceur.

 

  • LA LUXOPUNCTURE

centre-de-luxopuncture-caen-1358490903Je propose des séances de luxopuncture se pratiquant avec un appareil luxomed générant un rayonnement infrarouge stimulant des zones cutanées précises – sans aiguille et indolore.

 

L’utilisation de la luxopuncture aidera à stimuler la production naturelle d’endorphine et de dopamine que la nicotine bloque, créant cet état de manque et de dépendance. Il est alors important d’arrêter de fumer lors des premières séances. Il faut que ces fonctions naturelles se remettent en route pour qu’elles se produisent de nouveau d’elles-mêmes.

 

Les séances de luxopuncture auront ainsi pour objectif :

 

  • faire disparaitre la dépendance physique
  • atténuer le manque psychique (habitudes, réflexes, rituels…)
  • de combattre la nervosité, l’irritabilité et l’excès d’appétit au sevrage
  • de relaxer et d’améliorer son sommeil
  • de réduire l’inflammation de la sphère ORL pour dissuader de reprendre une cigarette (goût métalique, goût âcre…)

Pour en savoir plus.

 
 

  • EN NATUROPATHIE

Si vous vous êtes déjà renseignée en phytothérapie, vous savez certainement que la plante la plus connue est la valériane, puis l’avoine, ou encore le kudzu.

 

Cela dit, les plantes sont à choisir selon les symptômes que vous pouvez ressentir lors du sevrage. Selon s’il y a une carence en sérotonine, dopamine, des compulsions, une irritabilité, une insomnie, un stress accru, des trous de mémoire, de concentration, des boulimies fréquents, etc. les conseils et posologies seront différents.

 

D’où le fait qu’un traitement même naturel ne fonctionne pas ou a peu d’efficacité, car il est important d’établir un bilan de santé pour retrouver vos points faibles et vos points forts.

 

Outre que la phytothérapie, les huiles essentielles peuvent vraiment aider, surtout lors de moment de panique, d’envie soudaine.

 

Pour les voix respiratoires : menthe poivrée, verveine, pin sylvestre, ou maritime, cèdre du Liban, géranium, sauge…

 

Pour calmer le stress lors du sevrage : orange douce, mandarine, petit grain à bigaradier, marjolaine…

 

Un complexe en huiles essentielles existe de la marque chez Biofloral « Tabac Stop« , permettant de diminuer l’état de dépendance durant le sevrage, à base de lemongrass, d’orange douce, de menthe des champs, de basilic tropical, de myrte vert, d’aneth.

 

Une recette de tisane : Dans un bocal, mélangez 1/3 d’angélique, 1/3 de cyprès, 1/3 de menthe. Versez 2c. à café du mélange dans une tasse d’eau bouillante. Boire 3 tasses par jour pendant 20 jours puis 1 tasse à 2 tasses ensuite pendant 1 mois.

 
 

Si vous ne fumez pas, ne commencez jamais.

 

La pire des cigarettes, c’est la première. Contrairement à ce que l’on a longtemps cru, l’addiction peut survenir très vite, en quelques semaines voire moins. Et la quantité de cigarettes fumées ne veut pas non plus dire grand chose. Les études les plus récentes indiquent que 2 cigarettes par semaine suffisent pour induire les premiers symptômes de dépendance.

Previous Post Next Post

No Comments

Leave a Reply

WordPress spam blocked by CleanTalk.